2 min de lecture NSA

Espionnage : comment les États-Unis surveillent la France

DÉCRYPTAGE - Selon des documents de la NSA, consultés par "Le Monde", les États-Unis auraient massivement intercepté les communications téléphoniques des citoyens français. Explications.

Un ordinateur avec le logo de la NSA (photo d'illustration).
Un ordinateur avec le logo de la NSA (photo d'illustration). Crédit : Paul J. Richards - AFP
Mathieu Dehlinger Journaliste RTL

Les intérêts de la France seraient quotidiennement visés par les Américains. Le Monde publie ce lundi de nouvelles révélations sur le programme d'espionnage électronique déployé par les États-Unis à l'étranger.

Selon le journal, qui a consulté des documents de l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA), "les communications téléphoniques des citoyens français sont interceptées de façon massive". De quoi s'agit-il ? Qui est concerné ? Explications.

Qui est surveillé ?

D'après les documents internes de la NSA, près de 70,3 millions d'enregistrements de données téléphoniques concernant la France ont été effectués sur une période de trente jours, entre le 10 décembre 2012 et le 8 janvier 2013.

Plusieurs modes de collecte existent : quand certains numéros de téléphone sont utilisés en France, un signal est activé et l'enregistrement automatiquement déclenché, précise Le Monde. Les SMS, eux, seraient consignés lorsqu'ils contiennent certains mots-clés.

À lire aussi
Le consultant de la NSA Edward Snowden le 6 juin 2013. international
Edward Snowden "aimerait beaucoup" obtenir l'asile en France

D'après le quotidien, le système mis en place dépasserait largement une simple surveillance dans le cadre de la lutte anti-terroriste. "Les documents donnent suffisamment d'explications pour penser que les cibles de la NSA concernent aussi (...) des individus visés pour leur simple appartenance au monde des affaires, de la politique ou à l'administration française", assure Le Monde.

D'où viennent ces informations ?

Les révélations du Monde ont été permises par Edward Snowden. En juin dernier, l'ancien consultant de la NSA avait dévoilé à plusieurs journaux des documents internes de l'agence de renseignement.

Le système Prism avait alors été mis en lumière, suscitant la colère des alliés des États-Unis espionnés. L'outil est destiné à collecter des données transitant sur les serveurs de grandes sociétés américaines, telles que Google, Facebook ou Yahoo.

Comment réagissent les autorités françaises ?

Les informations du Monde sont "choquantes" et "vont appeler des explications précises des autorités américaines dans les heures qui viennent", a réagi Manuel Valls sur Europe 1."Si un pays ami, un pays allié espionne la France ou espionne d'autres pays européens c'est tout à fait inacceptable."

Laurent Fabius, a annoncé dans la foulée avoir "convoqué immédiatement" l'ambassadeur des États-Unis à Paris. Il sera reçu au Quai d'Orsay ce lundi matin, a précisé le ministre des Affaires étrangères.

Que disent les États-Unis ?

Les autorités américaines opposent un ferme "no comment" à ces révélations pour l'instant. Sollicitées par les journalistes du Monde, elles n'ont pas souhaité commenter les documents de la NSA, considérés comme "classifiés".

Elles renvoient simplement à une déclaration du 8 juin dernier. Le directeur national du renseignement américain assurait alors que "les personnes ciblées à l'extérieur" des frontières des États-Unis l'étaient pour des "motifs légalement fondés, tels que la menace terroriste, informatique ou de prolifération nucléaire".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
NSA Espionnage France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants