1 min de lecture International

En Espagne, Rajoy promet de "faire la guerre à la crise"

Les conservateurs du Parti Populaire (PP) ont remporté dimanche une victoire écrasante aux élections législatives en Espagne en profitant de la colère de la population envers le gouvernement socialiste pour sa gestion de la crise économique et du chômage record qui frappe 21,5% de la population active. Le nouveau chef du gouvernement Mariano Rajoy, acclamé par ses partisans, a promis un "effort solidaire" pour "faire la guerre à la crise". Il a néanmoins reconnu qu'"il n'allait pas y avoir de miracle" face à une situation économique très difficile. Signe de la défiance des Espagnols envers les grands partis politiques, exprimée depuis le mois de mai par le mouvement des "indignés", la coalition écolo-communiste IU (Izquierda Unida), qui compte actuellement deux députés, en obtient onze.

"Je n'aurai pas d'autre ennemi que la crise économique", mais aussi "le chômage, le déficit, la dette excessive, la stagnation économique et tout ce qui maintient ce pays dans cette situation critique", avait lancé Mariano Rajoy
"Je n'aurai pas d'autre ennemi que la crise économique", mais aussi "le chômage, le déficit, la dette excessive, la stagnation économique et tout ce qui maintient ce pays dans cette situation critique", avait lancé Mariano Rajoy Crédit : AFP / Dominique Faget
Générique 3
Dominique Tenza Journaliste RTL

Le Parti populaire (PP) mené par Mariano Rajoy, 56 ans, qui dirigera le prochain gouvernement, a obtenu dimanche 186 sièges de députés contre 111 au Parti socialiste (PSOE), qui enregistre son plus mauvais score depuis le retour de la démocratie. Les socialistes espagnols, au pouvoir depuis 2004, deviennent ainsi les nouvelles victimes d'une crise qui a déjà fait chuter les gouvernements grec et italien.

La chambre espagnole
S'exprimant devant des partisans en liesse réunis dans la soirée au siège du PP, l'ancien ministre de l'Intérieur a prévenu que l'Espagne ne pourrait pas accomplir de miracle pour s'extraire de la crise mais que le pays devait regagner le respect sur la scène européenne. "Je vous demande à tous de continuer de m'aider. Des temps difficiles nous attendent", a dit à ses partisans Mariano Rajoy.

"Je n'aurai pas d'autre ennemi que la crise économique", mais aussi "le chômage, le déficit, la dette excessive, la stagnation économique et tout ce qui maintient ce pays dans une situation critique", a-t-il assuré.

"La voix de l'Espagne doit être de nouveau respectée à Bruxelles et à Francfort (...) Nous cesserons d'être une partie du problème et nous allons devenir une partie de la solution", a-t-il dit. Il a annoncé qu'il allait engager immédiatement des consultations avec toutes les régions pour examiner les moyens de surmonter la crise.

Situation économique Espagne


Elections Espagne



(Avec AFP)

Lire la suite
International Espagne Crise économique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants