15 min de lecture Brexit

Brexit : la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne doit se faire "dans les délais les plus courts"

MINUTE PAR MINUTE - Le Royaume Uni quitte définitivement l'Union européenne après un vote historique. Les résultats entérinent la victoire du camp du "leave" avec 51,9% des voix.

Le Premier ministre britannique David Cameron lors de l'annonce de sa démission le 24 juin après le Brexit
Le Premier ministre britannique David Cameron lors de l'annonce de sa démission le 24 juin après le Brexit Crédit : BEN STANSALL / AFP
James Abbott
James Abbott
et Claire Gaveau

L'Europe à un tournant de son histoire. Le Royaume-Uni votait jeudi 23 juin pour savoir s'il souhaitait rester au sein de l'Union européenne. Le peuple a tranché : les partisans du Brexit remportent une victoire historique. Les résultats définitifs du référendum sont tombés aux alentours de 8 heures du matin vendredi 24 juin : le camp du "leave" l'emporte avec 51,9% des voix. David Cameron a ensuite annoncé vers 9h20 qu'il allait démissionner dans les prochains mois de son poste de Premier ministre après ce revers électoral, lui qui avait pris position pour rester dans l'UE.

Le dépouillement des voix a duré toute la nuit. Les deux camps étaient au coude à coude toute la soirée avant que le camp favorable au Brexit n'ait une avance suffisamment conséquente pour que les jeux soient faits vers 5 heures du matin.

>> Découvrez la carte des résultats du référendum sur le Brexit, région par région

Londres a voté massivement pour un maintien dans l'UE, comme l'Écosse et l'Irlande du Nord
, mais le pays de Galles et le reste de l'Angleterre ont fait pencher la balance du côté d'une fracture avec l'UE. Comme prévu durant la campagne, l'Écosse pourrait donc à nouveau organiser un référendum de sortie du Royaume-Uni, et a réaffirmé ce vendredi, par la voix de Nicola Sturgeon, Premier ministre, qu'elle voyait "son avenir au sein de l'UE".

Suivez l'évolution de la situation minute par minute

20h45 -  Invité de L'ancien chef de l'État, a plaidé pour une Europe plus concentrée autour des "pays fondateurs" et de leurs "voisins, qui partagent les mêmes idées", pour relancer l'UE après le Brexit. "Il ne faut pas croire que c'est un changement extraordinaire", a jugé l'ancien président à propos de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

20h31 - 
Le président des Etats-Unis Barack Obama a exprimé vendredi sa confiance dans le fait que le Royaume-Uni mènerait une sortie de l'Union européenne "sans heurts" après le vote en faveur du Brexit. 
"David (Cameron) a été un ami et partenaire extraordinaire", a-t-il affirmé évoquant le Premier ministre britannique, avec qui il a évoqué, lors d'un appel téléphonique, l'importance de rester "concentré sur la croissance économique et la stabilité financière". 
19h20 - "
Il n'y a aucun doute, ce jour de Brexit, c'est la pire journée qu'ait jamais connu l'Europe depuis maintenant plus d'un demi-siècle", estime Alain Duhamel.

>
Brexit : "François Hollande et Angela Merkel doivent maintenant changer de méthode, de vitesse et de priorité", estime Alain Duhamel Crédit Média : Alain Duhamel | Durée : | Date :
À lire aussi
Boris Johnson, le 28 juin 2019 Brexit
Brexit : Boris Johnson parle "d'énormes progrès" vers un accord

18h43 - De son côté Benoît Hamon a appris la nouvelle du Brexit avec "tristesse". "C'est un événement d'une portée considérable et quelque chose de profondément triste de voir le Royaume-Uni quitter l'Union européenne". Maintenant, le député des Yvelines attend beaucoup de François Hollande. "J'attends un peu plus que le rituel du voyage à Berlin. À force d'absence de projet politique européen, cela à désespérer tout le monde", regrette l'ancien ministre qui déplore l'absence de plan B ou de plan C pour "relancer la politique européenne. 

18h37 - S'il est favorable à un référendum, Bruno Le Maire clame qu'il faut "se donner du temps" alors que le Brexit est une chance de réformer l'Europe. 

18h34 - Bruno Le Maire était l'invité de RTL Soir. Le candidat à la primaire de la droite s'est dit "sous le choc" mais il est important pour lui de "discuter avec le partenaire allemand" notamment pour "travailler sur un nouveau projet européen". Un projet qui aurait notamment des frontières déterminées, un intérêt économique mieux défendu et une Europe capable de défendre ses valeurs et de se protéger des menaces extérieur. 

18h15 - 
La Bourse de Paris a terminé sur un plongeon de 8,04% vendredi, à l'unisson des autres places boursières européennes, dans un marché ébranlé par la déflagration qui a suivi le vote britannique en faveur d'un Brexit.
18h06 -
Concernant la croissance française, Michel Sapin a assuré qu'il n'y avait "pas d'inquiétude particulière" à avoir après le Brexit.

18h00 - Écouter l'émission spéciale "RTL Soir" après le Brexit du Royaume-Uni.

17h36 - À la sortie d'un conseil des ministres forcément spécial, le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a affirmé que la sortie du Royaume-Uni devait se faire "dans les délais les plus courts".

17h28 - 
L'annonce de la victoire du Brexit a provoqué une onde de choc au Royaume-Uni. À Londres, où la population a majoritairement voté en faveur du maintien au sein de l'Union européenne, beaucoup sont en colère et l'ont fait savoir à leur ancien maire (2008-2016), Boris Johnson.

17h14 - Découvrez tous les résultats du référendum région par région. Seules trois ont voté le "remain" : l'Écosse, l'Irlande du Nord et le Grand Londres.
16h35 - 

Wall Street a chuté à l'ouverture vendredi, évitant toutefois la panique qui s'est emparée des Bourses européennes et asiatiques après la décision des électeurs britanniques de quitter l'Union européenne: le Dow Jones perdait 2,50% et le Nasdaq 2,88%. 
16h12 - Asos tombe en panne en plein Brexit. Le site de vente en ligne s'est arrêté jeudi 23 juin au soir alors que certains espéraient réaliser de bonnes affaires en profitant d'un euro plus fort et des soldes... Raté ! Le géant du e-commerce a assuré avoir eu un problème technique. Pure coïncidence ou lien direct ?
16h01 - "Les Britanniques ont pris une décision claire (...) et je pense que le pays a besoin d'un nouveau leader pour prendre cette direction". David Cameron a annoncé qu'il allait quitter son poste après les résultats en faveur du Brexit. Plusieurs noms commencent déjà à revenir avec insistance : Boris Johnson, qui a milité avec ferveur pour la sortie de l'UE, mais également Theresa May. 

15h49 - François Hollande a exprimé sa "déception" et sa "tristesse" à David Cameron. L'Élysée a assuré à l'actuel chef du gouvernement britannique de son "soutien amical à titre personnel". 

15h41 - "Nous respectons leur décision", assure Barack Obama. Après le vote en faveur du Brexit, le président américain a assuré que les États-Unis et le Royaume-Uni étaient des "partenaires indispensables". 

15h24 - Nicolas Sarkozy a demandé vendredi après la victoire du Brexit un "nouveau traité" européen. "La question de la refondation de l'Union européenne n'a que trop tardé, je demande une réunion des chefs d'État pour élaborer un nouveau traité", a-t-il déclaré alors que "l'Europe est décide à reprendre son destin en main".

L'ancien président de la République prévoit notamment le rétablissement des contrôles aux frontières et l'arrêt du processus d'élargissement de l'Union européenne. "L'heure est à la lucidité, à l'énergie et au leadership", a-t-il ajouté évoquant une "crise majeure" lors d'une déclaration au siège du parti.

15h11 - François Fillon refuse que cette décision conduise à "une débandade de l'Europe" ni à "une surenchère populiste et extrémiste". L'ancien premier ministre appelle "à transformer profondément le projet européen avec un objectif : protéger les peuples européen", a-t-il déclaré. 

14h47 - La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a exhorté vendredi l'Union européenne et la Grande-Bretagne à assurer ensemble une "transition en douceur" vers une nouvelle relation économique, après la victoire du "Brexit".

14h10 - Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a souhaité vendredi que l'Union européenne "continue d'être un partenaire solide" pour les Nations unies sur les questions humanitaires, la paix et la sécurité, "y compris les migrations".

13h24 - Madrid propose à Gibraltar dans un premier temps une souveraineté partagée avec le Royaume Uni. Le territoire britannique pourrait ainsi accéder au marché intérieur de l'Union européenne après le Brexit.

13h05 - La chancelière allemande, Angela Merkel s'est également exprimée et met en garde contre des "réactions trop rapides et simples", après ce vote en faveur d'un Brexit. Elle a pris acte d'un "coup porté à l'Europe" et annoncé avoir invité lundi à Berlin le président français François Hollande, le Premier ministre italien Matteo Renzi et le président du Conseil européen Donald Tusk.

12h50 -  Les Écossais, a contrario des Anglais et des Gallois, ont affiché clairement leur spécificité et leur attachement à l'Europe en votant à plus de 60% pour un maintien dans l'UE. Un nouveau référendum de sortie de l'Écosse du Royaume-Uni pourrait voir le jour dans le futur proche selon la "First minister" d'Écosse, Nicolas Sturgeon.

12h38 - Alors que François Hollande demande un "sursaut" et un "changement profond", Manuel Valls pense que "l'Europe ne doit plus intervenir partout, tout le temps". Le Brexit est "révélateur d'un malaise trop longtemps ignoré".

12h36 - Le Premier ministre, Manuel Valls, qualifie les résultats du référendum britannique comme un "électrochoc à l'échelle du continent et du monde", mais qu'il faut "respecter leur choix". "Cette sortie bouscule les certitudes les plans établis et impose une réaction collective à la hauteur de l'événement", selon lui.

12h30 - Suivez en direct notre édition spéciale de RTL Midi consacrée au Brexit
12h21 - Le président de la République souhaite un "changement profond" plutôt qu'un repli vis à vis de l'Europe.

>
"Le vote des Britanniques met gravement l'Europe à l'épreuve", dit François Hollande Crédit Média : La Rédaction de RTL | Durée : | Date :

12h16 - François Hollande explique que le vote des Britanniques "met gravement l'Europe à l'épreuve" et qu'un "sursaut est nécessaire".
12h12 -
 Boris Johnson est un des grands vainqueurs de ces élections en tenant tête au Premier ministre David Cameron, pourtant dans le même camp que l'ancien maire de Londres. Il assure que, malgré tout, le Royaume-Uni "reste" européen, mais qu'il quitte simplement l'institution.

11h54 - Dans son allocution, Alain Juppé a expliqué qu'il souhaite de nouveaux accords concernant l'espace Schengen pour protéger les frontières extérieurs des pays européens.
11h50 - "Rien ne sera plus comme avant, selon Alain Juppé. Il nous faut écrire une nouvelle page de l'histoire de l'Europe". Le maire de Bordeaux et candidat à la primaire de la droite pense que "l'incompréhension face à une bureaucratie qui apparaît lointaine de la réalité de nos peuples" est une des raisons qui ont conduit les Britanniques à quitter l'UE.
11h40 - Après la banque d'Angleterre, qui a annoncé qu'elle était prête à débloquer 250 milliards de livres sterling pour accompagner l'incertitude économique sur le marchés du Royaume-Uni, c'est la Banque centrale européenne qui s'est dite "prête à fournir des liquidités supplémentaires, si nécessaire" pour stabiliser les marchés européens en chute libre depuis l'annonce du résultat du vote. 

11h29 - "Oui, il est possible de sortir de l'UE", se réjouit Marine Le Pen dans son allocution. C'est une "éclatante leçon de démocratie" selon la présidente du FN, qui assure que "l'UMPS a cherché à étouffer ce débat". La leader frontiste a également  de nouveau demandé un référendum de sortie de l'UE en France.

11h26 - Le leader de "La France insoumise", Jean-Luc Mélenchon, pense que c'est une occasion pour la France de "changer l'Europe ou de la quitter".

11h23 - "Un tremblement de terre pour l'UE telle que nous la connaissons", affirme Jean-Luc Mélenchon dans une allocation. "Il est temps d'en tirer la leçon (...) C'est le refus de l'Europe des privilégiés".

11h07 - Le secrétaire général de l'OTAN Jens Soltenberg, explique que le Royaume-Uni va rester un allié "fort et engagé" au sein de l'OTAN, l'organisation politico-militaire réunissant de nombreux pays européens les États-Unis et le Canada.

10h59 - Notre éditorialiste économique Christian Menanteau décrit comment ce Brexit pourrait impacter les entreprises installées au Royaume-Uni.

10h42 - Le candidat républicain à l'élection présidentielle américaine, Donald Trump, effectuait justement ce vendredi 24 juin un voyage en Écosse pour la ré-ouverture d'un golf dont il est propriétaire. Il y a affirmé que le Brexit, "c'est fantastique".

10h31 - Les Irlandais du Nord sont train de rechercher massivement "Passeport irlandais" en ce moment sur Google, comme l'a repéré Michaël Szadkowski sur Twittercraignant un rétablissement des frontières entre les deux pays. Les conditions d'une sortie de l'UE sont floues concernant l'enclave nord-irlandaise appartenant au Royaume-Uni.

Les Nord-Irlandais craignent un rétablissement des frontières avec l'Irlande
Les Nord-Irlandais craignent un rétablissement des frontières avec l'Irlande

10h25 - Alors que les valeurs bancaires plongent partout sur les places boursières européennes, la banque américaine JPMorgan prévient qu'elle pourrait déplacer des emplois hors du Royaume-Uni après ce Brexit.

10h00 - François Hollande s'est entretenu vendredi matin pendant une vingtaine de minutes avec la chancelière allemande Angela Merkel et le président du Conseil européen Donald Tusk pour voir ce qu'il allait advenir d'une Union européenne qui ne comporte pas le Royaume-Uni.

9h47 - "Il y aura inévitablement une période d'incertitude", annonce dans une allocution le gouverneur de la banque d'Angleterre qui compte toutefois rassurer les marchés en promettant qu'elle va prendre toutes les mesures nécessaires pour s'adapter à une sortie de l'UE avec un plan de 250 milliards de livres sterling.

9h44 - Notre éditorialiste politique Alain Duhamel estime que l'Europe ne peut s’en sortir que si elle est "capable de se transformer" après la crise "la plus grave de l'histoire de l'UE".

9h37 - Si la décision des votants est entérinée et sera respectée par David Cameron, le Premier ministre a annoncé qu'il allait "stabiliser le bateau" pendant les prochains mois avant de laisser la main à un autre leader qui devra engager les négociations de sortie de l'UE.

9h28 -  Après la défaite de son camp dans ce référendum, David Cameron compte conserver son poste pour les trois prochains mois avant de laisser sa place après la convention du parti conservateur d'ici octobre.

9h19 - Le Premier ministre David Cameron annonce qu'il va prochainement démissionner après ce revers électoral.

David Cameron sur le perron du 10 Downing Street à Londres
David Cameron sur le perron du 10 Downing Street à Londres Crédit : Capture d'écran / iTélé

9h18 - Les places financières européennes ouvrent logiquement dans le chaos. Les bourses de Paris et de Londres plongent de 7% à l'ouverture. Les banques 

9h10 - Ce vote en faveur d'une sortie de l'Union européenne introduit le Royaume-Uni dans une période d'incertitude économique. Ce Brexit va notamment influer la croissance sur les prochaines années ainsi que sur le taux de chômage du pays.

9h02 - Notre éditorialiste politique Alba Ventura estime que beaucoup en France n'ont pas voulu voir venir ce Brexit, et qu'il faut que le couple franco-allemand soit au diapason et se ressaisisse

8h58 - Pour rappel, en 1975, lors d'un premier référendum, le Royaume-Uni avait voté à près de 68% en faveur d'un maintien au sein de l'UE, qu'elle avait rejoint deux ans plus tôt. En 2016, ils n'étaient plus que 48,1% à être du même avis.

8h53 - Donald Tusk, président du Conseil européen, assure que l'UE est déterminée à "garder son unité à 27 pays" membres malgré le départ du Royaume-Uni.

8h47 - Pascal Lamy était l'invité de RTL, l'ancien directeur général de l'Organisation mondiale du commerce et proche de Jacques Delors lorsqu'il était président de la Commission européenne (1985-1995) souligne le paradoxe du Royaume-Uni qui quitte l'Union européenne tout en prônant la mondialisation.

8h42 - Comme prévu les marchés financiers n’accueillent pas favorablement la sortie de l'UE du Royaume-Uni. La bourse de Tokyo s'est effondrée de 7,92% à la clôture vendredi 24 juin.

8h37 - Le leader du parti europhobe Ukip, Nigel Farage, réclame dorénavant la formation d'un "gouvernement Brexit" après la défaite du camp du Premier ministre David Cameron, qui prônait un maintien du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne.

8h35 - Notre éditorialiste politique Alain Duhamel estime que c'est "certainement la plus grande crise de l'histoire de l'Union européenne".

>
"L'Europe ne s'en sortira qu'en se recentrant sur l'essentiel", analyse Alain Duhamel Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : Jérôme Chapuis | Durée : | Date :

8h30 - Le résultat final fait état de 1,3 million de voix d'avance pour le camp du Brexit (51,9% des suffrages). 17,4 millions de personnes ont voté pour le Brexit et 16,1 millions pour rester dans l'UE.

8h24 - Owen Paterson, ancien ministre de l'Environnement de David Cameron se réjouit du résultat et assure sur RTL que ce Brexit va permettre au Royaume-Uni de renégocier de nouveaux accords avec ses voisins européens. "Il faut que tout le monde soit calme ce matin, et doit voir qu'il y a une décision claire du peuple."

8h22 - Ce résultat est "un mauvais coup porté au Royaume-Uni, son économie va plonger", assure en direct sur RTL la présidente de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale, Elizabeth Guigou (PS). "Il faut que l'UE se ressaisisse".

>
Elisabeth Guigou, présidente PS de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée : "Le Royaume-Uni va être la principale victime du Brexit" Crédit Image : JOEL SAGET / AFP | Crédit Média : Jérôme Chapuis | Durée : | Date :

8h15 - Brice Hortefeux, ancien ministre de l'Intérieur sous la présidence de Nicolas Sarkozy, estime sur RTL qu'il faut "impérativement profiter de cette crise pour la transformer en opportunité".

8h08 - Le résultat est définitif. 51,9% des votants ont voté pour une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

8h06 - Ce vote a passionné les Britanniques, plus de 72% des personnes inscrites sur les listes électorales ont participé à ce scrutin historique.

8h03 - Le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Marc Ayrault, assure que l'Europe "continue", mais elle doit "réagir et retrouver la confiance des peuples. C'est l'urgence", a-t-il écrit sur Twitter.

7h56 - Alors qu'il avait pris position pour un maintien dans l'Union européenne, et que certains évoquaient sa démission en cas de défaite, David Cameron va rester Premier ministre selon le chef de la diplomatie.

7h50 - Pascal Lamy, ancien commissaire européen au Commerce et proche de Jacques Delors lorsqu'il était président de la Commission européenne (1985-1995) est l'invité de RTL, il répond aux questions d'Olivier Mazerolle en direct sur RTL.

7h48 - La livre sterling baisse à des niveaux jamais vus depuis 1985. Notre éditorialiste économique François Lenglet nous explique que la journée va évidemment être très agitée à l'ouverture des marchés financiers.

7h40 - Le mari de Jo Cox, député pro-UE, tuée la semaine dernière dans des circonstances troubles, explique que sa femme "serait restée optimiste" malgré ce résultat qui va à l'encontre de ce pourquoi elle militait.

7h34 - La présidente du Front national Marine Le Pen a réagi et cette victoire des pro-Brexit sur Twitter. Elle salue une "victoire de la liberté" et réclame, comme Florian Philippot sur notre antenne un peu plus tôt, "le même référendum en France et dans les pays européens".

7h30 - Jeu de mot à la une du tabloïd pro-Brexit The Sun : "See EU later !" (À plus tard). 

7h25 - "Ce vote laisse beaucoup d'interrogations et nous impose de ne pas rester les bras ballants, il faut transformer cette crise en opportunité", explique Brice Hortefeux (Les Républicains) au micro de RTL.

>
Brice Hortefeux, député européen Les Républicains : "Cette crise européenne nous impose de ne pas rester les bras ballants" Crédit Média : Jérôme Chapuis | Durée : | Date :

7h18 - "J'accueille (cette nouvelle) extrêmement favorablement. Le peuple, malgré les chantages, a tenu bon (...) pour un choix d'avenir", explique Florian Philippot en direct sur RTL. "Il faut maintenant demander aux Français leur avis maintenant" pour voir s'ils veulent rester au sein de l'UE, réclamant un référendum.

7h13 - Suivez l'édition spéciale de RTL en direct, le vice-président du Front national, Florian Philippot réagira à partir de 7h15.

7h07 - Selon la BBC, le camp du "remain" ne peut désormais plus rattraper son retard de voix après le dépouillement de et le camp du "leave" va ainsi l'emporter avec un peu plus d'un million de voix d'avance.

6h55 - Comme le montre ce graphique du quotidien britannique The Guardian, qui représente l'ancien maire de Londres, Boris Johnson pro-Brexit à droite, et le Premier ministre David Cameron à gauche, il n'y a plus que 13 comtés qui n'ont pas encore donné leurs résultats. Le camp du "leave a une avance assez conséquente pour remporter une victoire historique.

Le graphique des résultats du "Guardian" à 6h55 vendredi 24 juin
Le graphique des résultats du "Guardian" à 6h55 vendredi 24 juin

6h50 - 368 comtés sur 382 ont livré leurs résultats, le camp du "leave" a toujours une avance de plus d'un million de voix. Les projections font toujours état d'une victoire 52% contre 48%.

6h45 - Forte participation pour ce référendum : 72% des personnes inscrites sur les listes ont exprimé leur choix jeudi.

6h35 - Le leader du controversé parti europhobe UKIP, Nigel Farage, annonce "le jour de l'indépendance" pour le Royaume-Uni. 

>
Le camp des pro-Brexit exulte, Nigel Farage (Ukip) en tête Crédit Média : Marie Billon | Durée : | Date :

6h30 - Le parti Sinn Fein réclame quant à lui à l'Irlande un référendum d'unification avec l'Irlande du Nord, qui appartient au Royaume-Uni.

6h20 - Comme elle l'avait prévenu durant la campagne, la Premier ministre de l'Écosse, Nicola Sturgeon, a prévenu vendredi que l'Ecosse voyait "son avenir au sein de l'Union européenne". Un nouveau référendum pour une sortie de l'Écosse du Royaume-Uni pourrait donc voir le voir dans l'avenir.

6h10 - La livre britannique a chuté à 1,33 dollar vendredi, perdant plus de 10% sur la journée. Le ministre des Finances du Japon annonce qu'il y aura des actions fermes pour réagir à des mouvements financiers "extrêmement brusques". La banque du Japon envisage de "réinjecter des liquidités" pour limiter l'impact dans les marchés.

6h00 - Les médias britanniques annoncent la victoire du camp du "leave" au vu de la large avance des voix pro-Brexit dans ce référendum. Le Royaume-Uni devrait sortir de l'Union européenne.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brexit Royaume-Uni Union européenne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783826619
Brexit : la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne doit se faire "dans les délais les plus courts"
Brexit : la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne doit se faire "dans les délais les plus courts"
MINUTE PAR MINUTE - Le Royaume Uni quitte définitivement l'Union européenne après un vote historique. Les résultats entérinent la victoire du camp du "leave" avec 51,9% des voix.
https://www.rtl.fr/actu/international/en-direct-brexit-referendum-resultats-royaume-uni-vote-cameron-7783826619
2016-06-24 06:40:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/ZbSBzbJ5K-qrproBOQVauQ/330v220-2/online/image/2016/0624/7783830907_le-premier-ministre-britannique-david-cameron-lors-de-l-annonce-de-sa-demission-le-24-juin-apres-le-brexit.jpg