3 min de lecture États-Unis

Attentat à New York : ce que l'on sait de l'attaque à Manhattan

ÉCLAIRAGE - Huit personnes ont été tuées sur une piste cyclable par le conducteur d'une camionnette. Il s'agit d'une attaque terroriste, selon les premiers éléments de l'enquête.

Philippe Corbé Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Attentat à New York : ce que l'on sait de l'attaque à Manhattan Crédit Image : ANDY KISS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
et Julien Absalon

Cauchemar à New York, en plein jour de fête d'Halloween. Le chauffeur d'une camionnette a fauché des cyclistes et des passants sur une piste cyclable de Manhattan, dans l'après-midi de mardi 31 octobre. Le dernier bilan fait état de 8 morts et 11 blessés. L'auteur de l'attaque a été arrêté, après avoir été blessé par le tir d'un policier.

Pour le maire de New York, Bill de Blasio, il s'agit d'un "acte lâche de terrorisme". Le président américain Donald Trump a abondé, tout en évoquant sans attendre l'organisation jihadiste Daesh. Un renforcement du contrôle des étrangers souhaitant entrer aux États-Unis a également été prononcé par la Maison Blanche, alors que les premiers éléments de l'enquête indiquent que l'auteur des faits est un ressortissant ouzbek.

C'est la première fois depuis le 11 septembre 2001 que New York est frappée par une attaque meurtrière. La dernière attaque jihadiste à New York date du 17 septembre 2016, lorsqu'un jeune Américain d'origine afghane, Ahmad Rahimi, avait posé deux bombes dans le quartier huppé de Chelsea. Une seule avait explosé, faisant une trentaine de blessés légers.

Comment s'est déroulée l'attaque

À lire aussi
La chanteuse Taylor Swift insolite
Arrêté devant chez Taylor Swift avec des outils de cambrioleur, il assure la connaître

À 15h05, heure locale, le chauffeur d'une camionnette est entré sur une piste cyclable encadrée par des murets, le long de la rivière Hudson. C'est l'un des endroits les plus agréables de Manhattan, où les gens aiment se balader.

Le conducteur de la camionnette a alors délibérément foncé sur des cyclistes et des passants, ce qui rappelle un mode opératoire utilisé à Nice mais aussi à Barcelone. L'individu a tué huit personnes sur une distance d'environ 1,5 kilomètre. Des vélos, écrasés par le poids du camion, témoignent de la violence de l'accident. Un témoin disait avoir découvert deux corps à terre, sur lesquels on voyait les traces de pneus de la camionnette.

Tout près du World Trade Center, le chauffeur est revenu sur l'avenue puis a percuté un bus scolaire. Il est descendu en criant "Allahu Akbar" (Dieu est grand, ndlr) avec deux armes. Il s'est avéré, ensuite, qu'il s'agissait d'une arme à air comprimé et une arme de paintball. Marchant de façon assez erratique au milieu de l'avenue, il a été neutralisé par un policier l'ayant touché à l'abdomen. L'homme a été opéré et son pronostic vital ne serait pas engagé. Il pourra donc être auditionné.

Qui sont les victimes ?

Parmi les huit personnes décédées, les autorités ont identifié six étrangers. Cinq ressortissants argentins ont péri. Originaires de Rosario, ils fêtaient le 30e anniversaire de la fin de leurs études", selon un communiqué officiel de Buenos Aires. 

Une femme de nationalité belge a également été tuée. Elle résidait à Roulers et visitait New York en compagnie de sa sœur et de sa mère. Par ailleurs, onze blessés ont été pris en charge par les services de secours.

Qui est le suspect ?

L'individu s'appelle Sayfullo S. Il s'agit d'un citoyen ouzbek de 29 ans, arrivé aux États-Unis en 2010. Il disposait d'un titre de séjour permanent (la "carte verte"). Selon le New York Times, il a travaillé comme chauffeur pour Uber. Le parquet fédéral de New York a annoncé son inculpation.

Il réside en Floride, mais a récemment passé du temps dans le New Jersey, qui se situe de l'autre côté de la rivière Hudson. C'est d'ailleurs là-bas qu'il a loué le véhicule ayant servi à l'attaque. Selon les autorités, il a agi seul, ce qu'il a confirmé lors de son premier interrogatoire.

On sait pour l'instant qu'il s'est vanté de son attaque et qu'il est venu au moins à deux reprises à Manhattan la semaine précédant son passage à l'acte. Un acte auquel il aurait pensé depuis un an, avant de se décider à agir il y a deux mois. Les enquêteurs sont convaincus qu'il s'est appliqué à suivre à la lettre les recommandations de Daesh pour des attaques solitaires. Il a laissé dans son véhicule un message sur lequel est inscrit en arabe : "Daesh vivra toujours". Il aurait voulu mourir en martyr sous les balles des policiers.

Les éléments accréditant la piste terroriste

Les enquêteurs ont retrouvé dans le véhicule un message en arabe, prêtant spécifiquement allégeance à Daesh, qu'il a confirmé avoir écrit. L'enquête va cependant tenter d'établir pourquoi l'individu a choisi de perpétrer son attaque sur cette piste cyclable. Est-il venu là parce que se tenait, à quelques encablures, la parade de Halloween ? L'enquête commence tout juste.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Terrorisme New York
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790757426
Attentat à New York : ce que l'on sait de l'attaque à Manhattan
Attentat à New York : ce que l'on sait de l'attaque à Manhattan
ÉCLAIRAGE - Huit personnes ont été tuées sur une piste cyclable par le conducteur d'une camionnette. Il s'agit d'une attaque terroriste, selon les premiers éléments de l'enquête.
https://www.rtl.fr/actu/international/en-direct-attentat-a-new-york-ce-que-l-on-sait-de-l-attaque-meurtriere-7790757426
2017-11-01 06:45:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/clAgSaSmBmDrqVM4T4MiMg/330v220-2/online/image/2017/1101/7790757624_la-police-americaine-securisant-les-lieux-de-l-attaque-terroriste-a-new-york-du-31-octobre-2017.jpg