1 min de lecture Crise en Egypte

Elections en Egypte : la percée des islamistes se confirme

Les résultats partiels du premier tour des législatives égyptiennes continuent d'arriver samedi au compte-gouttes, confirmant les bons scores des islamistes, notamment des fondamentalistes salafistes, face à un camp libéral et laïque en déroute. La commission électorale a annoncé vendredi soir un taux de participation de 62% "jamais vu depuis les pharaons", mais n'a une nouvelle fois pas été en mesure de donner les résultats complets par partis pour ce vote qui s'est déroulé lundi et mardi. Les bribes de résultats rapportées par la presse et les différentes formations ont toutefois continué de confirmer les scores élevés des islamistes, qu'il s'agisse des Frères musulmans ou des salafistes (fondamentalistes) du parti Al-Nour. Les coalitions menées par les islamistes pourraient avoir au total entre 60 et 70% des voix selon certaines estimations.

micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Olivier Geay

Faut-il s'inquiéter d'une percée salafiste ?

La commission électorale a assuré que les résultats officiels seraient postés sur internet "bientôt", sans plus de précisions sur les raisons de cette attente.

Le calme dans lequel s'est déroulé le scrutin et la forte mobilisation des électeurs sont portés au crédit de l'armée au pouvoir, mais la perspective d'avoir face à elle un Parlement à forte majorité islamiste lui pose désormais un lourd défi.

Forts de leur percée dans les urnes, les salafistes multiplient en effet les déclarations favorables à l'instauration d'un islam conservateur.
  
Le dirigeant salafiste Abdel Monem Chahat a assuré que les romans de l'écrivain égyptien et prix Nobel de littérature Naguib Mahfouz "encourageaient le vice car ils portent sur la prostitution et la drogue".

Une autre personnalité de ce courant fondamentaliste sunnite, Hazem Abou Ismaïl, a estimé qu'il fallait "créer un climat pour faciliter" le port du voile, et que s'il est élu président, il "ne permettrait pas à un homme et à une femme de s'asseoir ensemble dans un lieu public".

Le vote concerne un tiers des gouvernorats égyptiens, dont ceux du Caire et d'Alexandrie, les deux plus grandes villes. Un second tour est prévu lundi et mardi prochains.

Les députés des autres gouvernorats seront élus d'ici au 11 janvier, puis viendra l'élection de la Choura (sénat), jusqu'au 11 mars.

Cette élection, la première depuis la chute de M. Moubarak le 11 février, est sensée donner un reflet du pays politique réel après des décennies de scrutins sans surprise au profit du parti au pouvoir.

Le taux de participation de 62% est exceptionnel en Egypte, où l'absention était sous l'ancien régime massive faute d'enjeu électoral.

.

Lire la suite
Crise en Egypte Egypte Infographie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants