1 min de lecture Egypte

Egypte : la justice ordonne l'arrestation du chef des Frères musulmans

La justice égyptienne a demandé, mercredi, l'arrestation du Guide suprême des Frères musulmans, Mohamed Badie, et de plusieurs responsables du parti.

Le Guide suprême des Frères musulmans, Mohamed Badie, le 31 mars au Caire.
Le Guide suprême des Frères musulmans, Mohamed Badie, le 31 mars au Caire. Crédit : AFP / GIANLUIGI GUERCIA
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

L'ordre pourrait amplifier la tension prévalant dans le pays arabe depuis l'éviction du président islamiste Mohamed Morsi, il y a une semaine.La justice égyptienne a ordonné, mercredi, l'arrestation du Guide suprême et de plusieurs responsables des Frères musulmans dans le cadre des violences meurtrières de lundi au Caire.

Parallèlement, le nouveau Premier ministre, Hazem Beblawi, entamait des consultations pour former un gouvernement de transition, dans un climat de méfiance des laïcs anti-Morsi et d'hostilité des partisans de l'ex-chef d’État déposé par l'armée, après des manifestations monstres de l'opposition.

200 personnes inculpées

Le procureur général a ordonné l'arrestation du Guide suprême des Frères musulmans, Mohamed Badie, et d'autres hauts responsables de la confrérie, qui sont accusés d'incitation à la violence en relation avec les violences sanglantes survenues devant le siège de la Garde républicaine au Caire lundi, a-t-on indiqué de source judiciaire.

D'après des sources judiciaires, 200 personnes ont été inculpées dans le cadre de ces violences qui ont fait 51 morts et 435 blessés, selon les urgences, durant une manifestation de partisans de Mohamed Morsi. La confrérie, qui a appelé au "soulèvement" après ce "massacre", a affirmé que des soldats et des policiers avaient ouvert le feu sans aucune raison sur les manifestants.

À lire aussi
Le masque funéraire de Toutankhamon, découvert en 1922. Thomas Hugues
La découverte du tombeau de Toutankhamon !

L'armée a assuré pour sa part avoir répliqué après une attaque de "terroristes armés". Mais pour l'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty International, "même si certains manifestants ont pu se montrer violents, la réponse (de l'armée) a été disproportionnée et est à l'origine de décès et de blessures parmi la foule". Mohamed Badie était déjà sous le coup d'un mandat d'arrêt pour de précédentes violences.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Egypte Frères musulmans Crise en Egypte
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants