1 min de lecture Faits divers

Écosse : un bébé décapité par accident lors d'un accouchement

Une médecin obstétricienne a été jugée par un tribunal médical en Écosse après que sa décision a conduit à la décapitation d'un bébé lors d'un accouchement. Elle pourra continuer à exercer son métier.

Des infirmiers dans un hôpital (illustration)
Des infirmiers dans un hôpital (illustration) Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Thibaut Deleaz
Thibaut Deleaz
Journaliste RTL

L'accouchement a viré au drame. Une femme, dont l'identité n'a pas été dévoilée, a témoigné devant un tribunal médical en Écosse début juin. Son bébé a été décapité lors de l'accouchementrapporte le Guardian, lundi 4 juin.

L'enfant de cette femme de 30 ans se présentait les pieds en avant, et avait un faible pouls. Le col de l'utérus de la mère n'était dilaté que de 4 centimètres. Le docteur Vaishnavy Vilvanathan Laxman a voulu continuer l'accouchement par le vagin, au lieu de procéder à une césarienne.

Devant les jurés, la mère a expliqué avoir eu mal lors de l'accouchement. "J'ai essayé de sortir du lit, mais ils m'ont retenue trois fois et dit qu'ils devaient faire sortir le bébé", a-t-elle raconté. Elle affirme avoir demandé à ce que les médecins arrêtent, sans que personne ne lui prête attention.

À force de tirer sur les jambes du bébé, il a été décapité, a conclut le tribunal médical, qui précise qu'il était mort avant que cela ne se produise. Deux autres médecins ont ensuite sorti la tête par césarienne et l'ont "rattachée" au corps pour que la mère puisse le serrer dans ses bras, raconte The Independant.

Le docteur pourra continuer à exercer

À lire aussi
Les Voix du Crime, un podcast RTLOriginals RTL Originals
Affaire Agnès Le Roux : le combat d’une famille pour la vérité face à Maurice Agnelet

Selon le jury, la décision de Vaishnavy Vilvanathan Laxman "a enclenché une suite d'événements qui ont causé la décapitation du bébé". Il ajoute qu'une césarienne aurait été plus appropriée, "compte tenu des risques".

Il a néanmoins été décidé que la  médecin obstétricienne pouvait continuer à exercer la médecine. Sa décision "était négligente et en-dessous des standards attendus", mais le tribunal médical a conclut qu'elle ne présentait pas de risque pour les patients, notant que l'incident était isolé. Le Dr Laxman était par ailleurs à la fin d'un cycle de 24 heures de travail, selon la BBC. "Même les bons docteurs font des erreurs", a justifié le jury.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Ecosse Royaume-Uni
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants