1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Ebola : tests négatifs pour un cas suspect en Espagne
1 min de lecture

Ebola : tests négatifs pour un cas suspect en Espagne

Le cas suspect d'Ebola en Espagne s'est révélé être une fausse alerte, selon les autorités locales de la Santé.

Un membre de MSF en tenue de protection anti-Ebola, à Conakry en Guinée, le 28 juin 2014.
Un membre de MSF en tenue de protection anti-Ebola, à Conakry en Guinée, le 28 juin 2014.
Crédit : AFP PHOTO / CELLOU BINANI
La rédaction numérique de RTL & AFP

Les tests réalisés en Espagne sur une personne qui était soupçonnée d'avoir contracté le virus Ebola se sont avérés négatifs, ont annoncé les autorités de la Santé dimanche 17 août. Le patient, qui serait de nationalité nigériane, avait été placé en isolement dans l'hôpital spécialisé de Saint-Jean à Alicante (ouest de l'Espagne) car on craignait qu'il ne soit atteint du virus de la fièvre hémorragique qui a déjà fait plus d'un millier de morts cette année.

Le département de la Santé de la région de Valence a annoncé dimanche dans un communiqué que les "échantillons analysés par l'Institut de microbiologie ont abouti à des tests négatifs pour la présence du virus Ebola". Le malade est dans un état "stationnaire" dans l'unité d'isolement où il avait été placé par mesure de précaution pour éviter une éventuelle contagion des autres personnes soignées dans cet hôpital, selon le communiqué.

Plus d'un millier de morts en 2014

D'autres cas suspects ont été détectés en Espagne depuis le début de l'épidémie d'Ebola mais aucun n'a été confirmé dans le pays. Mercredi, plusieurs centaines de personnes ont rendu hommage aux victimes d'Ebola, aux obsèques à Madrid du prêtre espagnol Miguel Pajares, premier mort européen de cette épidémie. Le missionnaire, âgé de 75 ans, avait été rapatrié du Liberia à Madrid quelques jours auparavant et traité en vain avec un sérum américain expérimental qui semble avoir eu des résultats positifs sur deux Américains.

Le corps du prêtre, qui avait contracté le virus au Liberia où il travaillait dans un hôpital religieux, a été incinéré sans autopsie et sa chambre désinfectée pour éviter toute propagation du virus à fort taux de mortalité et pour lequel il n'existe aucun vaccin.

À lire aussi

Selon le dernier bilan établi le 13 août par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) le virus a fait 1.145 morts en cinq mois, dont 413 au Liberia, 348 en Sierra Leone et quatre au Nigeria.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.