1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Ebola : le président guinéen plaide pour la production d'un vaccin
1 min de lecture

Ebola : le président guinéen plaide pour la production d'un vaccin

Le président de la Guinée a lancé un appel pour la production d'un vaccin contre Ebola, qui a durement frappé l'Afrique de l'Ouest.

Un employé désinfecte des locaux contre le virus Ebola à Monrovia, au Liberia, le 1er août 2014.
Un employé désinfecte des locaux contre le virus Ebola à Monrovia, au Liberia, le 1er août 2014.
Crédit : AFP PHOTO / ZOOM DOSSO
La rédaction numérique de RTL & AFP

Le président guinéen, dont le pays est l'un des plus durement touchés par l'épidémie d'Ebola, a plaidé ce lundi à Conakry pour la production d'un vaccin contre cette fièvre hémorragique.

Lors d'une conférence de presse, le président Alpha Condé a indiqué avoir appelé, à l'occasion du récent sommet Etats-Unis/Afrique à Washington, à "faire d'Ebola une préoccupation mondiale jusqu'à la production du vaccin" contre ce virus.

"Investir dans la santé"

Il faut "investir dans la santé en général, pas seulement pour Ebola, renforcer les capacités de nos hôpitaux", a-t-il affirmé. Il n'y a pas de vaccin contre la fièvre Ebola mais, face à l'émidémie actuelle en Afrique de l'Ouest, les appels se multiplient pour le recours à des traitements expérimentaux.

Pour Alpha Condé, la mobilisation contre l'épidémie a donné lieu "à des engagements très concrets", avec des promesses ou déblocages de financements de plusieurs institutions et organisations pour les pays affectés.
"Et surtout, l'OMS (Organisation mondiale de la Santé) a dit que c'est une urgence mondiale et que le monde entier devait s'impliquer et ne pas considérer que c'est une affaire africaine", a-t-il ajouté.

"Ebola va passer mais demain, il peut y avoir une autre maladie"

À lire aussi

Mais "le plus important", a-t-il estimé, "c'est d'avoir la capacité de faire face aux épidémies dans nos hôpitaux, avoir suffisamment de laboratoires et de médecins formés. Ebola va passer mais demain, il peut y avoir une autre maladie".

L'épidémie frappe depuis le début de l'année la Guinée, où elle s'est d'abord déclarée, le Liberia et la Sierra Leone, et depuis juillet le Nigeria. Jusqu'à la semaine dernière, elle avait causé la mort de 961 personnes sur 1.779 cas (confirmés, suspects ou probables), essentiellement dans les trois premiers pays, d'après le dernier bilan de l'OMS. Cela représente un taux de décès de 54%.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.