1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Ebola : la Sierra Leone et la Guinée bientôt en récession, selon la Banque mondiale
1 min de lecture

Ebola : la Sierra Leone et la Guinée bientôt en récession, selon la Banque mondiale

La Banque mondiale estime que la Sierra Leone et la Guinée vont plonger en récession en 2015 du fait de l'épidémie d'Ebola qui y sévit.

Un soignant américain potentiellement infecté par le virus Ebola en Afrique est en passe d'être évacué vers les Etats-Unis.
Un soignant américain potentiellement infecté par le virus Ebola en Afrique est en passe d'être évacué vers les Etats-Unis.
Crédit : AFP / KENZO TRIBOUILLARD
La rédaction numérique de RTL & AFP

Promis à une solide croissance économique avant le début de la crise Ebola, la Sierra Leone et la Guinée entreront finalement en récession en 2015, selon les estimations de la Banque mondiale.

Principale victime économique, la Sierra Leone devrait voir son produit intérieur brut se replier de 2,0% contre un recul de 0,2% en Guinée (-0,2%), a indiqué la Banque mondiale ce mardi 2 décembre. Il s'agit de la première institution à prédire une récession dans ces deux pays déjà gangrenés par la pauvreté.

En octobre, la Banque mondiale prévoyait encore pour 2015 une croissance robuste en Guinée (+2,0%) et surtout en Sierra Leone (+7,7%), qui émerge tout juste de plusieurs années de guerre civile. Depuis août, l'épidémie d'Ebola qui s'est propagée en Afrique de l'Ouest, faisant près de 7.000 morts, a plombé l'activité, freiné les investissements et assombri les perspectives de croissance.

Bilan global de l'épidémie d'Ébola en Afrique de l'Ouest, au 30 novembre 2014
Bilan global de l'épidémie d'Ébola en Afrique de l'Ouest, au 30 novembre 2014
Crédit : AFP

"Ce rapport souligne pourquoi il faut arriver à l'objectif de zéro cas d'Ebola", a noté le président la Banque mondiale, Jim Yong Kim.

Ebola a déjà coûté 50 millions de dollars aux pays touchés

À lire aussi

Le Liberia, qui déplore le plus grand nombre de morts (plus de 3.100), s'en sort légèrement mieux que ses voisins au niveau économique et bénéficie d'une "forme de regain d'activité", selon la Banque. Aidé par des "progrès" dans la lutte contre l'épidémie, le pays voit ainsi ses prévisions de croissance revues à la hausse depuis octobre, de 1,0% à 3,0%.

Au total, d'après la Banque, le coût de l'épidémie pour les finances publiques des trois pays touchés s'élève déjà à près d'un demi-milliard de dollars et creuse d'importants "trous" dans leur budget.

Dans son rapport, la Banque estime que sa précédente estimation d'un coût total de l'épidémie en cas de propagation dans la région de 32 milliards de dollars reste "d'actualité".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/