1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Dix ans après Katrina, la Nouvelle-Orléans se reconstruit à deux vitesses
1 min de lecture

Dix ans après Katrina, la Nouvelle-Orléans se reconstruit à deux vitesses

EN IMAGES - À l'occasion des dix ans du passage de l'ouragan Katrina, Barack Obama réalise son neuvième voyage en Louisiane pour saluer le renouveau de la Nouvelle-Orléans.

  • Brian Mollere sur le porche de la maison qu'il a reconstruite après Katrina
    Brian Mollere sur le porche de la maison qu'il a reconstruite après Katrina
    Crédits : JOE RAEDLE GETTY IMAGES NORTH AMERICA AFP
  • Les gens marchent dans une rue déserte dans le quartier français.
    Les gens marchent dans une rue déserte dans le quartier français.
    Crédits : AFP
  • Les voitures ont remplacé les utilitaires de secours devant le magasin de souvenirs
    Les voitures ont remplacé les utilitaires de secours devant le magasin de souvenirs
    Crédits : JOE RAEDLE GETTY IMAGES NORTH AMERICA AFP
  • L'ouragan Katrina a balayé les bâtiments et inondé la quasi-totalité de la Nouvelle-Orléans
    L'ouragan Katrina a balayé les bâtiments et inondé la quasi-totalité de la Nouvelle-Orléans
    Crédits : AFP
  • La célèbre Bourbon Street à la Nouvelle-Orléans, avant/après Katrina
    La célèbre Bourbon Street à la Nouvelle-Orléans, avant/après Katrina
    Crédits : AFP
  • Un hôpital submergé par les eaux et le nouvel Hôpital New Orleans East
    Un hôpital submergé par les eaux et le nouvel Hôpital New Orleans East
    Crédits : AFP
  • Des habitants marchant le long du Pont Saint-Claude dans le Lower Ninth Ward
    Des habitants marchant le long du Pont Saint-Claude dans le Lower Ninth Ward
    Crédits : AFP
  • Les voitures et les bus ont remplacé les chars des policiers dans les rues
    Les voitures et les bus ont remplacé les chars des policiers dans les rues
    Crédits : AFP
Claire Gaveau & AFP

Dix ans après, les vestiges du passage de Katrina n'ont pas totalement disparu. Lorsque l'ouragan de catégorie 5 a frappé la côte Sud des États-Unis le 29 août 2005, la "Big Easy" - surnom de La Nouvelle-Orléans - a sombré dans la chaos. Plus de 1.800 personnes sont mortes, la plupart dans cette ville, en partie construite sous le niveau de la mer. Et à la suite d'une rupture de digue, des quartiers entiers ont été inondés avec une situation particulièrement préoccupante dans le "Lower Ninth Ward", quartier le plus pauvre de la ville. 

Ce jeudi 27 août, le président Barack Obama devait saluer le renouveau - réel mais inachevé - de la Nouvelle Orléans dix ans après l'ouragan, considéré comme la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l'histoire américaine (150 milliards de dollars de dégâts). Dans son discours, dont la Maison Blanche a diffusé des extraits à l'avance, le président devait louer "l'extraordinaire ressort" des habitants, "un exemple de ce qui est possible de réaliser face à une tragédie". Saluant les ressources d'une ville qui "lentement mais sûrement, continue à avancer", il devait rappeler que le projet de reconstruction n'était pas seulement de restaurer la ville comme elle avait été "mais comme elle aurait dû être : une ville où tout le monde a sa chance". 

Ce qui a commencé comme une catastrophe naturelle est devenu une catastrophe humaine

Barack Obama

Un discours qui permettait aussi de définitivement tourner la page Geoge W. Bush alors que ce déplacement est la neuvième visite en Louisiane depuis son investiture. "Ce qui a commencé comme une catastrophe naturelle est devenu une catastrophe humaine, l'échec du gouvernement à aider ses propres citoyens", devait-il déclaré lors de son discours qui pointe du doigt les nombreuses inégalités structurelles auxquelles ont dû faire face les Américains.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.