2 min de lecture Racisme

Des élèves noirs veulent plus de camarades blancs

Dans l'espoir de favoriser l'intégration, parents, professeurs et élèves ont arpenté les rues d'Amsterdam pour attirer des "camarades blancs" dans leur école.

"Est-ce assez blanc pour vous ?" peut-on lire sur le t-shirt de ces enfants néerlandais
"Est-ce assez blanc pour vous ?" peut-on lire sur le t-shirt de ces enfants néerlandais Crédit : REMKO DE WAAL / ANP / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Ils veulent "plus d'enfants blancs" dans leur école primaire qui ne compte qu'un seul Néerlandais "de souche". Dans l'espoir de favoriser l'intégration, parents, professeurs et élèves ont arpenté les rues du quartier mixte de l'école Catharina pour attirer les "camarades blancs". 

Tout comme une centaine de ses camarades de classe, Annelies, 10 ans, arbore un t-shirt blanc immaculé. "Est-ce assez blanc pour vous ?" Sur le dos est imprimé : "tous les enfants ont le droit de s'intégrer". "Pour le moment, il n'y a qu'un seul enfant dans notre classe qui est Néerlandais à 100%, alors que nous vivons dans un quartier mixte, c'est ridicule", témoigne cette jeune blonde. 

Des quartiers où plus de 90% des élèves sont d'origine étrangère

L'école Catharina et sa voisine Avonturijn, qui participe également à l'action, sont des écoles dites "noires" dans des quartiers où cohabitent Néerlandais "de souche" et d'origine étrangère. Dans ces écoles, plus de 90% des élèves sont d'origine étrangère et le nombre d'inscrits est en baisse continue

"Lorsque, pour des raisons multiples, une école se "noircit", il est très difficile d'inverser la tendance", assure Diane Middelkoop, porte-parole du groupe scolaire gérant les deux écoles. 

Il y a toujours eu des soupçons de discrimination dans ce pays, mais aujourd'hui ça devient grave

Joan, 81 ans
Partager la citation
À lire aussi
Pays-Bas
Pays-Bas : le Premier ministre libéral Mark Rutte remporte les législatives

Les chiffres dont fait état la porte-parole du groupe scolaire gérant les deux écoles choque parmi les curieux qui assistent à la manifestation. "J'ai honte que nous en soyons arrivés là, que ces enfants doivent descendre dans la rue pour pouvoir être à l'école avec des enfants blancs", s'exclame, les larmes aux yeux, une voisine. 

Joan, 81 ans, est dure contre ces parents qui choisissent des écoles dans d'autres quartiers afin d'éviter ces "écoles noires", comme les surnomment les médias néerlandais. "C'est du racisme, et j'ai honte. Il y a toujours eu des soupçons de discrimination dans ce pays, mais aujourd'hui ça devient grave. Il faut que ça s'arrête", assure-t-elle. 

Il n'y a pas de racisme ici, le problème est qu'il ne reste plus beaucoup d'enfants

Wim Barlag, riverain
Partager la citation

A l'autre bout de la rue, un fleuriste en place depuis 50 ans avance une autre explication au manque d'effectif de l'école, où son fils est scolarisé. "De plus en plus de familles déménagent, et font place à des étudiants : le problème est simplement qu'il ne reste plus beaucoup d'enfants", assure Wim Barlag : "il n'y a pas de racisme ici".

Pour s'intégrer aux Pays-Bas, les autorités demandent aux étrangers de "participer à la société néerlandaise, en travaillant ou en étudiant". Une fois la langue maîtrisée, ils doivent passer un test d'intégration. Le député anti-Islam Geert Wilders, en particulier, reproche aux immigrants de ne pas chercher à s'intégrer.

De porte en porte, les enfants continuent de chanter: "ne pense pas noir, ne pense pas blanc, ne pense pas noir et blanc : pense les couleurs de ton coeur". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Racisme École Éducation nationale
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants