1 min de lecture International

Déportation des juifs : le mea culpa de la SNCF

C'est une première. La SNCF a présenté des excuses pour avoir transporté des Juifs dans les camps de la mort pendant la Seconde Guerre mondiale. C'est le patron de l'entreprise, Guillaume, Pépy qui les a formulées en personne lors d'un voyage Outre-Atlantique, début novembre. Le groupe français a cédé à la pression des Etats-Unis, qui menaçaient de lui refuser l'accès à des appels d'offres pour la construction de plusieurs lignes ferroviaires en Floride et en Californie.

Armelle Levy
Armelle Levy Journaliste RTL

Pendant qu'étaient organisées les présentations des projets en lice pour la ligne Tampa-Orlando en Floride qui pourrait être achevée en 2014, Guillaume Pépy s'est rendu sur place début novembre, à la rencontre de ceux qui lui reprochaient la participation à la déportation de 76 000 juifs vers les camps de la mort. Le président de l'entreprise française y a rencontré des élus de l'Etat de Floride et des associations juives auxquels il a remis une déclaration solennelle, qui marque une légère inflexion de la position de l'entreprise.

Jusqu'alors, face à ses accusateurs - dont Ron Klein, élu démocrate de Floride à la Chambre des représentants, qui a rédigé une proposition de loi hostile à la SNCF - l'entreprise mettait surtout en exergue le fait que "les cheminots étaient sous le joug de l'occupant nazi, sous menace de mort".

Lire la suite
International SNCF Histoire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7635932244
Déportation des juifs : le mea culpa de la SNCF
Déportation des juifs : le mea culpa de la SNCF
C'est une première. La SNCF a présenté des excuses pour avoir transporté des Juifs dans les camps de la mort pendant la Seconde Guerre mondiale. C'est le patron de l'entreprise, Guillaume, Pépy qui les a formulées en personne lors d'un voyage Outre-Atlantique, début novembre. Le groupe français a cédé à la pression des Etats-Unis, qui menaçaient de lui refuser l'accès à des appels d'offres pour la construction de plusieurs lignes ferroviaires en Floride et en Californie.
https://www.rtl.fr/actu/international/deportation-des-juifs-le-mea-culpa-de-la-sncf-7635932244
2010-11-12 09:35:00