1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Crise en Grèce : le Parlement vote le plan d'aide européen sur fond de grève des fonctionnaires
2 min de lecture

Crise en Grèce : le Parlement vote le plan d'aide européen sur fond de grève des fonctionnaires

REPLAY - Alors que le Parlement doit voter l'acceptation du troisième plan d'aide européen, les fonctionnaires grecs seront en grève afin de protester contre un accord qu'ils n'acceptent pas.

Un manifestant devant les marches du Parlement grec, le 13 juillet 2015
Un manifestant devant les marches du Parlement grec, le 13 juillet 2015
Crédit : AFP
Les fonctionnaires font la grève pour protester contre l'accord conclu avec la zone euro
01:41
Julien Quelen
Julien Quelen

Dire que "cette journée" est décisive pour la Grèce pourrait être un pléonasme, tant les jours se suivent et se ressemblent pour le pays d'Alexis Tsipras au bord de l'implosion. Alors que François Hollande, chef de file en compagnie d'Angela Merkel de l'accord conclu lundi dernier à Bruxelles, se réjouit de conserver la Grèce dans la zone euro, le Premier ministre grec, lui, n'est pas empreint de la même satisfaction. S'il appelle les parlementaires à voter en faveur de ce troisième plan d'aide européen, le chef du gouvernement hellène affirme ne pas vraiment croire en l'accord qu'il accepte afin d'éviter un désastre. 

Ce mercredi en Grèce, alors que le nouveau plan d'aide sera soumis à l'acceptation du Parlement, les fonctionnaires seront en grève afin de protester contre un accord qu'ils ne digèrent pas. Irini, bibliothécaire dans une université d'Athènes, prévient depuis hier ses étudiants que leur habituel lieu d'études sera fermé en raison de la grève. "C'est difficile pour tout le monde, le coût de la vie est beaucoup trop cher. Moi je gagne 1.200 euros, j'ai quatre enfants et mon mari est au chômage, son entreprise a fait faillite. L'hiver prochain je ne sais même pas comment je vais payer mon loyer, l'électricité et même la nourriture pour mes enfants", déclare-t-elle ainsi au micro de RTL

Il y a deux semaines le peuple grec a dit non à ces mesures d'austérité et maintenant il y a cet accord

Johanna, une institutrice grecque

Johanna, une institutrice en vacances scolaires, abonde dans le même sens même si c'est en son cœur qu'elle fera grève étant donné les circonstances qui n'empêchent pas son agacement. "Depuis 2012 on est inquiet avec les vagues de licenciements, les baisses de salaires... Il y a deux semaines le peuple grec a dit non à ces mesures d'austérité et maintenant il y a cet accord. Comment vais-je faire si je suis licenciée, le privé ? Qu'est ce que cela changera, il n'y a plus d'argent pour nous payer", déplore ainsi la jeune femme qui constate le trop grand nombre des fonctionnaires, tout en s'interrogeant de manière rhétorique sur l'identité des fautifs. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/