1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Crise en Grèce : Alexis Tsipras peut-il faire plier l'Europe ?
1 min de lecture

Crise en Grèce : Alexis Tsipras peut-il faire plier l'Europe ?

REPLAY - Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a confirmé ce mercredi 1er juillet son référendum sur le plan d'aide européenne et appelé son peuple à voter "non" afin d'avoir plus de poids pour contrer les réformes proposées.

Florence Cohen
Florence Cohen
On refait le monde du 01.07.15
32:06

On refait le monde avec :
-Jean-Christophe Buisson, rédacteur en chef au Figaro Magazine
-Jean-Luc Mano, conseiller en communication
-Yvan Levaï, journaliste
-Gaël Sliman, président de l'institut de sondage Odoxa
-Benoît Gallerey, spécialiste des réseaux sociaux pour LCI

Tsipras appelle à voter "non" mais veut rester à la table des négociations

Alexis Tsipras joue un vrai jeu de "je t'aime, moi non plus" avec ses partenaires européens. Alors qu'après avoir annoncé un référendum sur le plan d'aide européenne, il revenait à la table des négociations, laissant sous-entendre qu'il pouvait changer d'avis, il confirme ce mercredi 1er juillet son référendum de dimanche et appelle le peuple grec à voter "non" pour un "meilleur accord". Et le Premier ministre grec n'en reste pas là, puisqu'il assure lors de cette même allocution télévisée, il assure qu'il souhaite rester au sein de l'Union européenne et continuer les négociations.

À quoi joue Alexis Tsipras ? Peut-il faire plier l'Europe ?

Pour Jean-Christophe Buisson, ce qui semble être de l'amateurisme est en réalité très cohérent. Le chef du gouvernement grec estime tout d'abord que ce qu'il fait est dans l'interêt de son pays explique-t-il. Par ailleurs, il ne veut pas se couper de ceux qui l'ont élu au mois de janvier sur ses promesses de se battre contre des créanciers avides. Le rédacteur en chef au Figaro Magazine juge aussi que le Premier ministre grec essaye de casser l'unité européenne, notamment le couple franco-allemand, qui connaît des désaccords sur la crise grecque. Pas si sûr rétorque alors Yvan Levaï, pour qui Angela Merkel et François Hollande resteront unis.


Le vrai problème c'est l'endettement grec : 320 milliards d'euros. Tsipras ou pas Tsipras au pouvoir dans six mois, jamais la Grèce ne remboursera une somme qu'elle ne peut pas rembourser.

Yvan Levaï, journaliste
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/