1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Crise des migrants : l'Union européenne fait une proposition à la Turquie
2 min de lecture

Crise des migrants : l'Union européenne fait une proposition à la Turquie

Les 28 États membres de l'Union européenne doivent négocier avec la Turquie pour endiguer le flux des migrants vers l'Europe. En échange, Ankara réclame des contreparties.

Des migrants en Méditerranée, le 5 septembre 2015 (illustration).
Des migrants en Méditerranée, le 5 septembre 2015 (illustration).
Crédit : AFP
Anne-Sophie Blot & AFP

Il a fallu une bonne partie de la nuit aux 28 pays membres de l'Union européenne pour trouver une "position commune" en vue d'un accord avec la Turquie. La négociation vise à stopper l'afflux des migrants vers l'Europe. Il y a un "accord sur une position de l'Union européenne", et le président du Conseil européen Donald Tusk "la présentera au Premier ministre turc avant notre conseil européen" qui reprend vendredi, a indiqué vendredi 18 mars le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel, sur son compte Twitter.  
Ankara
propose de reprendre tous les migrants qui partent des côtes turques pour rejoindre les îles grecques. En échange, l'UE s'engagerait pour chaque Syrien renvoyé à réinstaller dans l'Europe un autre Syrien depuis la Turquie. La Turquie réclame des contreparties : une aide supplémentaire de trois milliards d'euros, la levée des visas pour ses ressortissants et la relance des négociations de son processus d'adhésion à l'UE.

Des contreparties qui dérangent

Aucun nouveau texte n'a été rédigé jeudi soir, selon une source européenne, car l'objectif dans un premier temps est que Donald Tusk "comprenne les lignes rouges des uns et des autres". Le projet d'accord négocié le 7 mars entre l'UE et la Turquie, porté en particulier par la chancelière allemande Angela Merkel, a fait l'objet de vives critiques

Plusieurs États membres craignent une illégalité du renvoi de tous les nouveaux migrants arrivant en Grèce depuis la Turquie, y compris les demandeurs d'asile. D'autres Européens refusent d'aller trop loin dans les contreparties promises à Ankara.

Le président du Conseil européen a présenté ce vendredi matin la "position commune" des 28 au Premier ministre turc Ahmet Davutoglu, en compagnie du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et de Mark Rutte, le Premier ministre néerlandais dont le pays assure actuellement la présidence tournante de l'UE. Les trois dirigeants de l'UE devraient ensuite revenir vers les 28 avec les résultats de cette négociation autour de l'heure du déjeuner, selon une autre source européenne.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/