1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Crash d'un avion russe dans le Sinaï : l'Égypte refuse de parler d'un attentat
2 min de lecture

Crash d'un avion russe dans le Sinaï : l'Égypte refuse de parler d'un attentat

Les enquêteurs égyptiens ont indiqué ne pas avoir encore identifié "l'origine de la dislocation" de l'Airbus de la Metrojet. Moscou a ordonné le rapatriement de ses touristes en vacances en Égypte.

Les débris de l'Airbus A321 russe qui s'est crashé le 31 octobre dans le Sinaï, (le 1er novembre 2015).
Les débris de l'Airbus A321 russe qui s'est crashé le 31 octobre dans le Sinaï, (le 1er novembre 2015).
Crédit : KHALED DESOUKI / AFP
AFP & La rédaction numérique de RTL

Lors d'une conférence de presse organisée au Caire ce samedi, le chef égyptien de l'équipe des enquêteurs a déclaré qu'"aucune conclusion" n'avait encore émergé sur l'origine de la "dislocation" de l'Airbus de la Metrojet, qui s'est écrasé le 31 octobre dans le Sinaï avec 224 personnes à son bord.  "Les premières observations ne permettent pas d'identifier l'origine de la dislocation de l'appareil", a déclaré Ayman el-Mokaddem. "(...) Un bruit est entendu à la dernière seconde de l'enregistrement" du Cockpit Voice Recorder, a-t-il poursuivi, précisant qu'une "analyse spectrale est à venir pour déterminer l'origine de ce bruit".

Selon l'enquêteur, "les données des deux enregistreurs de vols ont pu être téléchargées avec succès (...), le temps écoulé entre le décollage et les dernières données enregistrées est de 23 minutes et 14 secondes". Le ministre égyptien des Affaires étrangères avait de son côté affirmé dans la journée que l'enquête en cours n'avait pas encore permis de dégager une explication. "Nous n'avons écarté aucune possibilité mais il n'y a pas encore d'hypothèse avant que l'enquête soit finie et qu'un rapport complet soit prêt", a indiqué Sameh Choukri.Selon une source proche du dossier, l'analyse des deux boîtes noires, croisée avec des relevés sur les lieux du crash, permet pourtant de "privilégier fortement" l'hypothèse d'un attentat à la bombe.

Après Londres, Moscou commence l'évacuation de ses ressortissants

Après la suspension de tous ses vols commerciaux annoncée vendredi 6 novembre par Vladimir Poutine, la Russie va dépêcher 44 avions vides pour récupérer ses ressortissants en voyage touristique dans le pays, selon l'Agence fédérale chargée du transport aérien (Rosaviatsia). Le rapatriement des touristes britanniques avait lui commencé dès vendredi 6 novembre.

Au total, "30 avions des compagnies aériennes russes, sans passagers", seront envoyés à Hurghada et "14 avions à Charm el-Cheikh", deux stations balnéaires au bord de la mer Rouge en Egypte, a indiqué l'agence fédérale dans un communiqué. Rosaviatsia a par ailleurs précisé que "jusqu'à 78.000 touristes russes se trouvent actuellement en Egypte", en citant des chiffres affinés de l'Agence fédérale russe du tourisme. Une responsable du secteur du tourisme avait auparavant estimé que le nombre était de près de 80.000 personnes.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/