3 min de lecture Crash vol MH17

Crash avion Malaysia Airlines : les rebelles pro-russes sous le feu des accusations

DÉCRYPTAGE - Les séparatistes pro-russes qui tiennent la zone où s'est écrasé l'avion de Malaysia Airlines le 17 juillet dernier, essuient un feu nourri de critiques sur leur gestion de la catastrophe sur place.

Les experts de l'OSCE et des Pays-Bas escortés jusqu'aux corps des victimes par les séparatistes pro-russes le 21 juillet 2014
Les experts de l'OSCE et des Pays-Bas escortés jusqu'aux corps des victimes par les séparatistes pro-russes le 21 juillet 2014 Crédit : BULENT KILIC / AFP
Marion Dautry
Marion Dautry
et AFP

L'étau se resserre sur les rebelles pro-russes de l'Est de l'Ukraine. La zone où s'est écrasé l'avion de Malaysia Airlines, avec 298 personnes à bord, se trouve toujours sous leur contrôle. Les accès sont verrouillés par des groupes armés, premiers à examiner la scène et à manipuler les corps des victimes.

Les experts de l'Organisation pour la Coopération et la Sécurité en Europe (OSCE) et des Pays-Bas sont arrivés le 21 juillet au matin. Pour l'instant, 272 corps ont été retrouvés et 251 déjà entreposés par les séparatistes dans cinq wagons. 

Inquiétude autour des corps

Hors micro, les équipes se sont interrogées sur le bon fonctionnement du système de réfrigération, à en croire l'odeur qui se dégageait du convoi. L'expert médico-légal néerlandais Peter Van Vliet a toutefois parlé d'un stockage "de bonne qualité".

En revanche, "les corps ont été chargés d'une façon qu'on ne peut pas les compter, je pense que c'est un manque de respect. Maintenant ce qu'on veut c'est que le train parte dans un endroit où l'on pourra travailler convenablement, c'est ce que tout le monde veut et surtout les familles des victimes", a déclaré Peter Van Vliet au micro de RTL.

À lire aussi
Les débris du vol MH17 de Malaysia Airlines qui s'est écrasé en Ukraine, le 19 juillet 2014. crash vol MH17
Le missile qui abattu le vol MH17 provenait d'une unité militaire russe

Le secrétaire d'État américain aux Affaires étrangères John Kerry a dénoncé dimanche une situation "grotesque", décrivant des "soldats séparatistes en état d'ébriété empilant des corps dans des camions, soustrayant des corps et des indices du site". Kiev renchérit, accusant les séparatistes d'avoir envoyé 38 corps à Donetsk, toujours sous leur contrôle, et d'y avoir fait conduire des autopsie par des médecins "avec un fort accent russe".

>
Les cadavres du MH17 restent sous le contrôle des séparatistes Durée : |

Les Pays-Bas, qui ont perdu 193 citoyens dans le crash, souhaitent que les corps soient rapidement rapatriés à Karkhiv, sous contrôle de l'armée ukrainienne. Mais les séparatistes ont fait savoir que les corps ne seraient déplacés qu'à condition d'être accompagnés par des experts internationaux, car ils n'ont "pas confiance dans la partie adverse".

La zone du crash "souillée" et des preuves "détruites"

Les États-Unis et le gouvernement ukrainien accusent les séparatistes d'avoir abattu l'avion de ligne. Alors que les rebelles contrôlent la région, Washington et Kiev les accusent maintenant de vouloir "détruire les preuves" et de souiller la zone du crash.

Le président ukrainien Petro Porochenko a dénoncé des cas "de pillage et de vol de cartes de crédits". Pour les autorités malaisiennes, "l'intégrité du site" est "compromise". "Il y a des indications montrant que des indices vitaux n'ont pas été préservés sur place. Des interférences sur la scène du crash risquent de fausser l'enquête elle-même", a dénoncé le ministre des Transports malaisien.

Vladimir Poutine acculé

Le président russe est au pied du mur. Tenu pour responsable des agissements des rebelles, auxquels il aurait fourni le missile qui aurait abattu l'avion selon Washington, Vladimir Poutine est pressé de prendre des mesures pour garantir la coopération des rebelles et un accès "libre et total" au site, sous peine de nouvelles sanctions internationales.

Au cours d'un entretien téléphonique avec le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, le président russe a promis son aide afin que les deux boîtes noires soient remises aux enquêteurs internationaux et que l'accès au site ne soit plus entravé. Kiev s'est dit prête à confier la coordination de l'enquête internationale aux Pays-Bas.

>
Crash avion Malaysia Airlines : les rebelles pro-russes sous le feu des critiques Crédit Média : Thomas Prouteau | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande



.

Lire la suite
Crash vol MH17 Ukraine Europe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants