1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Crash du vol MH17 : Kiev et Kuala Lumpur accusent les rebelles de détruire des preuves
1 min de lecture

Crash du vol MH17 : Kiev et Kuala Lumpur accusent les rebelles de détruire des preuves

Les autorités ukrainiennes et malaisiennes accusent les séparatistes pro-russes de détruire des "preuves" sur le site du crash de l'avion de Malaysia Airlines, un "crime international".

Un séparatiste pro-russe garde le site du crash de l'avion de Malaysia Airlines en Ukraine, le 18 juillet 2014.
Un séparatiste pro-russe garde le site du crash de l'avion de Malaysia Airlines en Ukraine, le 18 juillet 2014.
Crédit : AFP PHOTO / DOMINIQUE FAGET
La rédaction numérique de RTL & AFP

Les rebelles pro-russes "cherchent à détruire, avec le soutien de la Russie, les preuves de ce crime international", a accusé ce samedi 19 juillet le gouvernement ukrainien. Les séparatistes sont soupçonnés d'avoir abattu l'avion de ligne malaisien dans l'est du pays, en proie à de forts troubles armés.

"Les terroristes ont transporté 38 corps de victimes à la morgue de Donetsk, où des spécialistes parlant avec un net accent russe ont déclaré qu'ils procéderaient à leur autopsie. Les terroristes cherchent aussi des moyens de transport à grande capacité pour transporter les restes de l'avion en Russie", indique le gouvernement dans une déclaration officielle.

Kuala Lumpur dénonce "une trahison" à l'égard des victimes

Des accusations reprises par les autorités malaisiennes qui ont regretté que "l'intégrité du site" soit "compromise". "Nous devons avoir un accès total au site et nous assurer que les indices sur le site de l'accident ne sont pas altérés", a déclaré le ministre des Transports malaisien Liow Tiong Lai, qui doit se rendre en Ukraine samedi. "Le plus important maintenant est d'établir qui a abattu l'avion malaisien MH17. Nous réclamons justice". 

"Il y a des indications montrant que des indices vitaux n'ont pas été préservés sur place. Des interférences sur  la scène du crash risquent de fausser l'enquête elle-même", a ajouté le ministre. "Ne pas empêcher de telles interférences constituerait une trahison à l'égard des vies qui ont été anéanties", a-t-il lancé. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/