1 min de lecture International

Côte d'Ivoire : l'ONU et la France attaquent les pro-Gbagbo

L'Onuci a engagé des actions armées à Abidjan contre le camp Gbagbo, auxquelles les soldats français sont associés, a annoncé l'Elysée lundi soir. Conformément à la résolution 1975 du Conseil de sécurité de l'ONU, l'Onuci "vient d'engager des actions visant à neutraliser les armes lourdes utilisées contre les populations civiles et les personnels des Nations unies à Abidjan", a annoncé la présidence dans un communiqué. Les objectifs de ces actions militaires sont de protéger la population, notamment des armes lourdes et des blindés des forces de Laurent Gbagbo. Selon plusieurs témoins, les hélicoptères français tirent en effet sur des positions des hommes de Laurent Gbagbo, à commencer par le palais présidentiel. Plus tôt dans la journée, une nouvelle offensive des forces d'Alassane Ouattara avait été lancée dans la capitale économique du pays. Toussaint Alain, conseiller de Laurent Gbagbo basé à Paris dénonce des "actes illégaux", "une tentative d'assassinat".

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

A la demande du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et après accord du président de la République, Nicolas Sarkozy, la force française Licorne a "engagé plusieurs hélicoptères en appui des opérations déclenchées par l'Onuci", a-t-il précisé.

Ban Ki-moon a d'ailleurs assuré lundi que les frappes lancées en Côte d'Ivoire par les troupes françaises et celles de l'ONU visaient à protéger les civils et non à s'attaquer au président sortant Laurent Gbagbo.

Ces actions "visent à neutraliser des armes lourdes positionnées dans des casernes et des détachements de véhicules blindés équipés de canons et de lance-roquettes" dans différents quartiers de la ville, a déclaré le porte-parole. Les opérations, toujours en cours dans la soirée, ont notamment lieu dans les quartiers du Plateau et de Cocody, a-t-il précisé.


Les effectifs de la force Licorne déployée à Abidjan ont été portés lundi à 1.650 hommes. L'état-major n'a pas précisé le nombre d'hélicoptères engagés.

L'Elysée avait annoncé auparavant que les troupes de l'ONU et les troupes françaises en Côte d'Ivoire avaient entrepris des actions à Abidjan pour neutraliser les armes lourdes utilisées par le camp du président sortant Laurent Gbagbo contre les populations civiles.

"Protéger les populations"

Plus de quatre mois après le début d'une crise post-électorale qui a dégénéré en quasi-guerre civile, les Nations unies et l'ex-puissance coloniale française ont ciblé quatre sites qu'avaient échoué à prendre ces derniers jours les forces d'Alassane Ouattara, président reconnu par la communauté internationale.

Les "Forces impartiales" -mission onusienne (Onuci) et force française Licorne- "ont tiré sur les camps militaires d'Agban et d'Akouédo ainsi que le palais et la résidence présidentielle", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'Onuci, Hamadoun Touré.

"
Nous avons lancé l'opération destinée à protéger les populations en mettant hors d'état de nuire les armes lourdes utilisées par les forces spéciales de Laurent Gbagbo contre les populations et contre les Casques bleus de l'ONU", a-t-il précisé.

Quatre hélicoptères de Licorne ont tiré sur le camp de gendarmerie d'Agban, bastion des forces pro-Gbagbo dans le nord de la capitale économique, a constaté un journaliste de l'AFP.

Des témoins ont aussi rapporté des tirs sur le camp d'Akouédo (nord-est) par des hélicoptères de l'ONU.

"Une tentative d'assassinat"

Les frappes menées lundi par l'Onuci et la force française Licorne contre des camps militaires, le palais présidentiel et la résidence de Laurent Gbagbo à Abidjan sont "des actes illégaux" et une "tentative d'assassinat", a dénoncé un conseiller du président sortant à Paris.

"Je condamne ces actes illégaux. Ce sont des actes de guerre. La finalité de cette action, c'est l'assassinat du président Gbagbo", a déclaré Toussaint Alain, conseiller du président ivoirien sortant en Europe, basé à Paris.

"La coalition internationale menée par la France et les Etats-Unis, sous l'égide de l'ONU, plonge le pays dans le chaos", a-t-il poursuivi, accusant l'ancienne puissance coloniale française d'avoir "équipé, renseigné et armé la rébellion d'Alassane Ouattara", président reconnu par la communauté internationale.

"Ils ont lancé cette attaque parce qu'ils ont compris que la rébellion seule n'était pas capable de vaincre l'armée de Côte d'Ivoire", a-t-il ajouté.

"Le sang va encore couler", a déclaré M. Alain. "Les camps militaires d'Agban et d'Akouédo qui ont été touchés abritent aussi des familles des soldats. A l'heure où nous parlons, on peut dire que la coalition, la France, a fait couler le sang."

Dossier Côte d'Ivoire promo

Lire la suite
International Crise en Côte d'Ivoire Afrique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7674514215
Côte d'Ivoire : l'ONU et la France attaquent les pro-Gbagbo
Côte d'Ivoire : l'ONU et la France attaquent les pro-Gbagbo
L'Onuci a engagé des actions armées à Abidjan contre le camp Gbagbo, auxquelles les soldats français sont associés, a annoncé l'Elysée lundi soir. Conformément à la résolution 1975 du Conseil de sécurité de l'ONU, l'Onuci "vient d'engager des actions visant à neutraliser les armes lourdes utilisées contre les populations civiles et les personnels des Nations unies à Abidjan", a annoncé la présidence dans un communiqué. Les objectifs de ces actions militaires sont de protéger la population, notamment des armes lourdes et des blindés des forces de Laurent Gbagbo. Selon plusieurs témoins, les hélicoptères français tirent en effet sur des positions des hommes de Laurent Gbagbo, à commencer par le palais présidentiel. Plus tôt dans la journée, une nouvelle offensive des forces d'Alassane Ouattara avait été lancée dans la capitale économique du pays. Toussaint Alain, conseiller de Laurent Gbagbo basé à Paris dénonce des "actes illégaux", "une tentative d'assassinat".
https://www.rtl.fr/actu/international/cote-d-ivoire-l-onu-et-la-france-attaquent-les-pro-gbagbo-7674514215
2011-04-04 23:01:00