2 min de lecture Corée du Nord

Corée du Nord : un sénateur américain promet "une guerre préventive"

Lindsey Graham, figure de l'administration Trump, veut "empêcher la Corée du Nord d'acquérir la capacité de frapper les États-Unis avec un missile à tête nucléaire".

Une photo du missile envoyé par la Corée du Nord le 28 novembre 2017
Crédit Image : AFP / KCNA VIA KNS

"Maîtriser" la Corée du Nord ne suffira plus. Un influent sénateur américain, Lindsey Graham, est revenu sur le dernier tir de missile coréen, laissant planer le spectre d'une guerre préventive contre Pyongyang. "S'il y a un test nucléaire souterrain, il faudra se préparer à une réponse très sérieuse de la part des États-Unis", a-t-il mis en garde sur la chaîne américaine CBS. Des propos qui répondent au tir d'un missile balistique intercontinental à une altitude encore jamais atteinte par un engin nord-coréen, fin novembre.


Lindsey Graham, un faucon en matière de politique étrangère, a indiqué avoir discuté en détail du sujet avec l'administration Trump, qui selon lui a pour stratégie "d'empêcher la Corée du Nord d'acquérir la capacité de frapper les États-Unis avec un missile à tête nucléaire. Pas seulement de la maîtriser". Le sénateur Lindsey Graham avait déjà durci le ton. "S'il faut aller en guerre pour arrêter ça, nous irons", avait-il promis sur CNN fin novembre.

Et d'ajouter : "Empêcher, cela veut dire une guerre préventive en dernier ressort. Cette prévention devient plus probable au fur et à mesure que leur technologie s'améliore. Chaque test de missile, chaque test souterrain d'une arme nucléaire veut dire que le mariage (d'un missile et d'une tête nucléaire, ndlr) est plus probable".

L'escalade des tensions entre Washington et Pyongyang

La sophistication du nouveau type de missile, tiré la semaine dernière par la Corée du Nord, a étonné les experts, même si selon des sources de CNN la tête se serait désintégrée en rentrant dans l'atmosphère. Pour le ministre américain de la Défense, Jim Mattis, tout le territoire des États-Unis est désormais à la portée de Pyongyang. 

Après ce dernier tir de missile, Pyongyang a annoncé être parvenue à "l'achèvement d'une force nucléaire d'État", s'auto-proclamant État nucléaire. Une énième provocation qui avait valu à Kim Jong-Un une réponse rapide des Américains. Donald Trump a promis de "s'en occuper", quand l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley, menaçait, devant l'ONU, de "détruire complètement" le régime nord-coréen "en cas de guerre".

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés