1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Corée du Nord : qu'est-ce qu'un missile balistique ?

Corée du Nord : qu'est-ce qu'un missile balistique ?

ÉCLAIRAGE - La Corée du Nord serait en train de préparer un nouveau tir de missile balistique, de surcroît intercontinental, selon Séoul. Quelle est la particularité de cette arme ?

Un tir de missile balistique en Iran en 2012 (Image d'illustration)
Un tir de missile balistique en Iran en 2012 (Image d'illustration)
Crédit : AY-COLLECTION/SIPA
Pyongyang revendique l'essai "réussi" d'une bombe H
00:41

Les tensions ne s’apaisent pas entre la Corée du Nord et les États-Unis. Selon Séoul, son voisin se préparerait à un nouveau tir de missile balistique, qui pourrait être un engin balistique intercontinental (ICBM). Un missile qui a une longue portée et qui peut aller au-delà de 5.600 kilomètres. 

Un missile balistique se caractérise par sa trajectoire presque entièrement balistique, à savoir une trajectoire qui est influencée par la vitesse acquise lors de l'accélération initiale, la propulsion, et la gravité. L'engin peut envoyer une ou plusieurs armes. 

Si sa phase de propulsion est assez courte, la phase balistique peut aller entre 10 minutes et une demi-heure. Ce genre de missile n'a pas un rôle offensif, mais dissuasif, à l'image de la dissuasion nucléaire. Son utilisation se calque sur le lancer de javelot. Plus on lance vite, plus il va loin.

Le continent américain à la portée de la Corée du Nord

En ce qui concerne la Corée du Nord, ces missiles leur permettent de mettre en garde leur ennemi juré : les États-Unis. Pyongyang a déjà provoqué en menaçant de viser l'île américaine de Guam, à quelque 3.000 kilomètres des côtes nord-coréennes, soit assez proche pour être la cible d'un ou des missiles. D'autant qu'en juillet, le pays de Kim Jong-un a réussi deux tirs de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) qui ont semblé mettre une bonne partie du continent américain à sa portée.

À lire aussi

Les États-Unis ont menacé dimanche le Nord d'une "réponse militaire massive" au cas où il menacerait leur territoire ou celui de leurs alliés. Le secrétaire américain à la Défense Jim Mattis a cependant souligné que Washington ne recherchait pas "l'anéantissement total" du pays reclus. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/