2 min de lecture Corée du Nord

Corée du Nord : les sanctions économiques peuvent-elles fonctionner ?

REPLAY - ÉDITO - Pyongyang, qui a revendiqué l'essai "parfaitement réussi" d'une bombe H, sait que les sanctions économiques ne seront pas si problématiques grâce, notamment, à l'appui de la Chine.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Corée du Nord : les sanctions économiques peuvent-elles fonctionner ? Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet Journaliste RTL

Après le nouvel essai nucléaire nord-coréen, survenu dimanche 3 septembre, les sanctions économiques constituent le seul levier de la communauté internationale. Toutefois, c'est très peu probable qu'elles fonctionnent. C'est désormais la sixième fois que ces sanctions contre Pyongyang sont durcies. Pour autant, cela n’a en rien entravé ou ralenti le programme nucléaire qui constitue la priorité du régime.

Il y a désormais une course de vitesse. Le dirigeant coréen espère bien disposer rapidement d’une arme nucléaire de longue portée qui changera le rapport de forces avec le reste du monde. En attendant, les exportations du pays vont en effet diminuer sous le poids des restrictions, tout comme les importations. Mais le régime est prêt à supporter cela.

L'économie nord-coréenne en bonne santé

Sur les deux milliards et demi d’exportations coréennes annuelles – ce n’est rien, ça fait deux jours d’exportations françaises – 85% vont en Chine, et la proportion des importations en provenance de la Chine est la même. Les deux pays ont 1.300 kilomètres de frontières terrestres communes, au Nord de la péninsule coréenne.

Quasiment tout le commerce transite par cette sorte de Sibérie chinoise. D'autant que bon nombre d’entreprises chinoises ont délocalisé en Corée du Nord, où les salaires sont plus faibles. Ces entreprises sont souvent montées par des Coréens de Chine. Il y a une province autonome coréenne en Chine même, où ont fleuri toutes sortes de commerces et de trafics. Pour l’essentiel, la Corée exporte du charbon, des vêtements bas de gamme et des fruits de mer. En principe, tout cela va être bloqué, pour tenter d’asphyxier le régime

À lire aussi
La Corée du Nord publie un cliché du lancement d'un missile balistique international
La Corée du Nord tire des "projectiles" après l'annonce de négociations avec Washington

L'économie du pays ne se porte pas si mal. C'est surprenant, pour autant qu'on le sache au travers des informations livrées par les nord-coréens qui font défection. Cela n'a plus rien à voir avec les grandes famines des années 1990, qui avaient tué des centaines de milliers de personnes. Un secteur libre, privé, s’est développé. Il représenterait un tiers d’une économie qui aurait progressé l’année dernière de 3 à 5%.

Pékin ne veut pas d'une Corée réunifiée

Compte tenu du poids que joue la Chine dans le commerce du pays, il n’y a qu’elle qui puisse mettre en œuvre les sanctions. Sans elle, rien n'est possible. Dans l’idéal, elle voudrait contribuer à ralentir le programme nucléaire, mais elle ne fera rien qui puisse entraîner la chute de Kim Jong-un.

Récemment un haut diplomate chinois, expliquait deux choses : d'abord, la Chine ne veut pas d’une Corée réunifiée, associant le Nord et le Sud, aujourd'hui deux pays distincts. Ce serait une puissance économique importante à sa porte et présenterait le risque d'être, aux frontières chinoises, un allié des États-Unis. Ce serait intolérable pour Pékin. Pour paraphraser Mauriac, les chinois aiment tellement la Corée qu’ils préfèrent qu’il y en ait deux. Ensuite, en cas de crise, ils redoutent un afflux de réfugiés qui déstabiliserait le Nord-Est de leur pays. Ils veulent donc tout faire pour que le régime actuel se maintienne, quitte à ce qu’il soit reconnu comme une puissance nucléaire de facto.

Éventuellement, la Chine pourrait même être prête à aider militaire les Nord-Coréens. Ce diplomate ne l'excluait pas, s’il y avait une attaque américaine, en rappelant que la Corée avait déjà mis aux prises la Chine et les États-Unis, dans une guerre indirecte en 1950. Il s'agit, pour rappel, de la guerre de Corée, qui a fait trois millions de morts, et au terme de laquelle aucun traité de paix n’a jamais été signé entre les deux moitiés ennemies.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Corée du Nord Asie Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants