1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Copenhague : un débat sur l'islamisme visé par une fusillade, un mort
3 min de lecture

Copenhague : un débat sur l'islamisme visé par une fusillade, un mort

Une fusillade visant ce samedi un débat sur l'islamisme à Copenhague avec l'auteur des caricatures des Mahomet a fait un mort.

Des tirs ont eu lieu à Copenhague lors d'un débat sur l'islam en présence de l'ambassadeur de France et du caricaturiste Lars Vilk
Des tirs ont eu lieu à Copenhague lors d'un débat sur l'islam en présence de l'ambassadeur de France et du caricaturiste Lars Vilk
Crédit : MATHIAS OEGENDAL / SCANPIX DENMARK / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Un homme "non identifié" a été tué lors de la fusillade ce samedi 14 février à Copenhague contre un bâtiment qui abritait un débat sur l'islamisme et la liberté d'expression à laquelle assistait l'ambassadeur de France et l'auteur des caricatures de Mahomet, a annoncé la police dans un communiqué.

Un tragique événement qualifié par la chef du gouvernement danois Helle Thorning-Schmidt d'"acte terroriste". "Le Danemark a été touché aujourd'hui par un acte de violence cynique. Tout porte à croire que la fusillade était un attentat politique et de ce fait un acte terroriste", a-t-elle dit dans un communiqué de presse.

Trois policiers ont été blessés en tentant de protéger les lieux qui accueillaient cette réunion à laquelle participaient l'auteur des caricatures de Mahomet Lars Vilk et l'ambassadeur de France.

La voiture avec laquelle s'étaient enfuis les deux auteurs présumés de la fusillade a été retrouvée vide à proximité du lieu de l'attaque, a annoncé la police sur Twitter. Les forces de l'ordre avaient diffusé plus tôt le numéro d'immatriculation de cette Volkswagen Polo.  Paris a immédiatement condamné "avec la plus grande fermeté" cette "attaque terroriste" qui a eu lieu vers 15h00 GMT. Washington a évoqué une attaque "déplorable", dans un communiqué du Conseil de sécurité nationale, et propose d'apporter son aide à l'enquête. 

Des balles sont passées à travers les portes et tout le monde s'est jeté à terre

François Zimeray, ambassadeur de France au Danemark
À lire aussi

"Ils nous tiré dessus de l'extérieur. C'était la même intention que Charlie Hebdo sauf qu'ils n'ont pas réussi à entrer", a déclaré  l'ambassadeur François Zimeray, joint alors qu'il se trouvait encore sur les lieux et qui indiqué sur Twitter qu'il était "indemne".

"Intuitivement je dirais qu'il y a eu au moins 50 coups de feu, et les policiers ici nous disent 200. Des balles sont passées à travers les portes et tout le monde s'est jeté à terre", a-t-il raconté. "On a réussi à s'enfuir de la pièce, et là on reste à l'intérieur car c'est encore critique. Les assaillants n'ont pas été attrapés, ils peuvent très bien être encore dans le quartier", expliquait l'ambassadeur peu après 17h heure de Paris.

"Il y avait plusieurs dizaines de personnes" dans la salle, a écrit sur Twitter une militante de Femen qui assistait au débat, Inna Shevchenko.

Lars Vilk, un caricaturiste sous protection policière

Lars Vilks, artiste suédois, est connu pour avoir publié en 2007 des caricatures ridiculisant le prophète Mahomet. Il vit sous protection policière depuis.

Son dessin, représentant une tête supposée être celle de Mahomet sur un corps de chien publié le 18 août 2007 par le journal suédois Nerikes Allehandaavait été l'objet de vives tensions entre l'Iran et la Suède.

À l'automne dernier, sa tête a été mise a prix par le chef du groupe État islamique en Irak.

La France "condamne" une "attaque terroriste" et ne "cède pas"

Les membres du gouvernement français ont immédiatement réagi à l'attaque. Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a déclaré via un communiqué : "Une attaque terroriste a visé une réunion publique à Copenhague, à laquelle participait l'ambassadeur de France au Danemark. Je condamne avec la plus grande fermeté cet attentat. La France se tient aux cotés des autorités et du peuple danois dans la lutte contre le terrorisme".

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve se rendra quant à lui sur place ainsi que l'a annoncé Manuel Valls sur Twitter. Le Premier ministre a délivré par la même occasion un message de solidarité au Danemark, affirmant que la "France ne cède pas".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/