2 min de lecture International

Condoléances de la Turquie aux Arméniens : "Cela renforce la négation du génocide", dit Franck Papazian

RÉACTION - Les condoléances du premier ministre turc interpellent l'opinion publique, mais les Arméniens attendent toujours la reconnaissance du génocide, à laquelle se refuse encore la Turquie.

Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan
Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan Crédit : AFP/ A.Altan
Julien Quelen
Julien Quelen
Journaliste RTL

Recep Tayyip Erdogan, Premier ministre turc, a présenté mercredi 23 avril les condoléances de la Turquie "aux petits-enfants des Arméniens tués en 1915" lors du génocide visant cette communauté sous l'empire ottoman.

Même si le caractère inédit de la déclaration reste à souligner, Franck Papazian, co-président du Conseil de Coordination des Organisations Arméniennes de France (CCAF), estime que la démarche du premier ministre turc n'est en rien une avancée

"En réalité il n'y a rien de nouveau. C'est une démarche qui renforce la négation du génocide arménien par la Turquie, à quelques mois des commémorations de son centième anniversaire", a-t-il ainsi déclaré à RTL

Les condoléances, une sortie en trompe l’œil

La Turquie, qui a toujours reconnu l'existence de massacres pendant la première guerre mondiale tout en minimisant le nombre de victimes côté arménien, est donc simplement lancée dans une opération de communication, selon Papazian. 

À lire aussi
La Une de The Australian lundi 21 octobre 2019 médias
Australie : les médias se mobilisent pour protester contre la censure

"L'expression des condoléances est une opération de séduction qui a l'air de bien fonctionner à l'adresse de l'opinion publique internationale, des États et des médias. On ne présente pas ses condoléances 99 ans après. C'est juste la volonté de rendre obsolète la revendication de reconnaissance et de réparation du génocide". 

S'il souhaite que sa démarche soit véritablement prise au sérieux, le premier ministre turc doit compléter sa déclaration en reconnaissant la réalité du génocide.

Franck Papazian, co-président du Conseil de Coordination des Organisations Arméniennes de France
Partager la citation

Finalement, le co-président du CCAF, au nom du peuple arménien, réclame une fois de plus la reconnaissance pure et simple du génocide, ce à quoi s'est toujours refusée la Turquie. 

"Je lance un appel au premier ministre Erdogan : "S'il souhaite que sa démarche soit véritablement prise au sérieux, il doit, dans la dynamique du 24 avril, compléter sa déclaration en reconnaissant la réalité du génocide. Là, de concert, nous applaudirons", lance-t-il ainsi dans un dernier appel. 

L'espoir de la reconnaissance pas tout à fait perdu

Et même si certains ont depuis longtemps perdu espoir, Papazian voit une évolution dans la société turque qui lui permet d'espérer, à quelques mois des commémorations du centième anniversaire du génocide. 

"La situation bouge dans l'opinion publique turque, dans la société civile, auprès des intellectuels, auprès des défenseurs des Droits de l'Homme. Il faut que l'État turc fasse le véritable pas de la reconnaissance pour appréhender l'avenir dans des conditions positives", conclut-il. 

En attendant, les condoléances, qui semblent résonner à l'international, ne réconfortent personne dans la communauté principalement concernée. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
International Génocide Arménie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants