1 min de lecture Commission européenne

Commission européenne : Jean-Claude Juncker, l'homme dont personne ne voulait

Le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker sera très probablement élu à la tête de la Commission européenne. Pourtant personne, et sûrement pas lui, n'en avait envie.

Jean-Claude Juncker le 25 mai 2014, jour des élections européennes (Archives)
Jean-Claude Juncker le 25 mai 2014, jour des élections européennes (Archives) Crédit : AFP

Le britannique David Cameron a définitivement échoué à convaincre ses partenaires européens que Jean-Claude Juncker était "la mauvaise personne pour diriger l'Europe". Les chefs d'États l'ont officiellement proposé à la présidence de la Commission européenne.

Ce vendredi 27 mai, les 28 chefs d'État se réunissaient pour désigner leur candidat à la présidence de la Commission. Le Parlement européen doit encore valider la proposition des chefs d'États lors de la séance plénière du 14 au 17 juillet. Jean-Claude Juncker devrait donc être l'heureux élu. Pourtant, personne ne voulait de lui.

L'erreur d'Angela Merkel

La chancelière allemande est à l'origine de sa candidature. Après avoir été pendant 18 ans premier ministre du Luxembourg, Jean-Claude Juncker était proche de la retraite. Mais en mai dernier, Angela Merkel a tout fait pour le propulser chef de file de la droite européenne.

C'est là que le Parlement européen, élu directement, a décidé de renverser les rapports de force. Il veut imposer pour la première fois aux États membres le futur président de la Commission, issu de la formation politique arrivée en tête aux élections. C'est donc Jean-Claude Juncker qui se trouve logiquement en tête de liste.

Un gagnant non-désiré dont il faudra s'accomoder

À lire aussi
La présidente de la Commission européenne, Ursula Von Der Leyen, adresse son premier discours sur l'état de l'Union lors d'une session plénière au Parlement de l'Union européenne à Bruxelles le 16 septembre 2020. Brexit
Brexit : l'Union européenne lance une procédure d'infraction contre Londres

Ni Angela Merkel, ni Jean-Claude Juncker lui-même, ne s'attendaient à ce revers. Le Luxembourgeois n'avait pas du tout l'intention de devenir président de la Commission.

Aujourd'hui, David Cameron était le dernier à s'opposer à cette nomination, suivi par une partie de la presse britannique qui n'a pas hésité pas à présenter Jean-Claude Juncker comme un buveur invétéré. Mais les autres États membres se sont fait une raison. François Hollande s'en accommodera même tout à fait bien.

>
Jean-Claude Juncker, l'homme dont personne ne voulait Crédit Image : RTL | Crédit Média : Béatrice Hadjaje | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Commission européenne Élections européennes Union européenne
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants