1 min de lecture Économie

Chine : pourquoi il ne faut pas croire les promesses économiques de Xi Jinping

ÉDITO - Le président chinois a notamment promis un traitement "équitable" aux entreprises étrangères présentes en Chine.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Chine : pourquoi il ne faut pas croire les promesses économiques de Xi Jinping Crédit Image : AFP / Wang Zhao | Crédit Média : François Lenglet | Durée : | Date : La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet et Loïc Farge

L'économie chinoise "ne va pas fermer ses portes au monde" mais au contraire "s'ouvrir encore davantage", a martelé mercredi 18 octobre le président Xi Jinping. Faut-il le croire ? Pas du tout ! Ces déclarations s'expliquent uniquement par le climat politique international. Les Chinois, ont le sentiment que l'Ouest est affaibli, pour deux raisons. D'abord l'Amérique est, selon eux dans une sorte d'éclipse nationaliste, avec un président intempérant et sans véritable influence, Donald Trump. Ensuite l'Europe, avec les séquelles de la crise économique en zone euro et le Brexit, ne vaut pas beaucoup mieux. Les Chinois veulent donc prendre la place centrale sur le scène mondiale. Non pas seulement au plan économique et bientôt militaire, mais aussi dans le leadership politique, la culture, ce qu'on appelle le "soft power".

Le leader chinois a expliqué aussi que le pays allait s'ouvrir davantage, et traiter "équitablement" les entreprises étrangères. Là encore, ce sont des billevesées, des promesses qui ne seront pas tenues. Elles s'expliquent par le conflit commercial avec les États-Unis.

La Chine dégage un excédent commercial de plus de 300 milliards d'euros. C'est le premier du monde, juste devant l'Allemagne, qui est à 250 milliards. Cela irrite beaucoup les États-Unis. Donald Trump a menacé les Chinois de rétorsions commerciales s'ils n'ouvraient pas davantage le secteur des services. Ils vont donc faire de petites choses symboliques.

Les entreprises étrangères sont purement et simplement interdites dans certains secteurs. Ou limitées, comme dans l'énergie, les télécoms et l'assurance. Dans tous les autres secteurs, il est interdit de racheter intégralement une entreprise chinoise.

À lire aussi
Des manifestants pro-démocratie à Hong Kong, le 18 août 2019 manifestations
Hong Kong : la crise politique "se traduit dans l'économie", dit François Lenglet

La situation a empiré sous le mandat de Xi Jinping. Il a renforcé les entreprises publiques chinoises, en les restructurant et en les regroupant pour en faire des monstres qui sont prêts à partir à la conquête du monde. En réalité, avec Xi Jinping, le périmètre de l'État et des entreprises d'État a augmenté en Chine, et non pas diminué. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Chine États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants