2 min de lecture Contraception

Ces hommes qui sabotent la contraception de leurs compagnes

Une étude américaine révèle que certains hommes sabotent la contraception de leur compagne afin qu'elles tombent enceintes. Ce phénomène porte un nom : la coercition reproductive.

micro générique
La rédaction numérique de RTL

Une récente étude de l'université américaine Brown suggère qu'un nombre croissant de femmes seraient victimes de coercition reproductive. A leur insu, leurs compagnons sabotent leurs méthodes de contraception afin qu'elles tombent enceintes.

De plus en plus de femmes concernées

On pensait ce phénomène en recrudescence chez les femmes non mariées subissant des violences physiques ou morales. Mais l'étude de Brown indique qu'il semble prendre de l'ampleur. Parmi les 641 patientes interrogées, 16% disent avoir été victimes de méthodes visant à les faire tomber enceintes à leur insu, de la part de leurs compagnons. En 2010, une étude du Centers for Disease Control and Prevention obtenait un pourcentage de 4,8%.

Une hausse qui s'explique avant tout par le fait qu'un spectre de plus en plus large de population est concerné. "Il est frappant de constater que la coercition reproductive affecte des femmes de tous les niveaux socio-économiques et de tous les niveaux d'études", observe le Dr. Lindsay Clark, qui a dirigé les recherches. "Elle ne touche pas seulement les femmes pauvres sans instruction."

Des plaquettes de pilules qui disparaissent

Certains hommes utilisent des ruses afin de réduire l'efficacité des préservatifs, ou cachent les plaquettes de pilules contraceptives de leurs partenaires. "Certains ont un désir intense d'avoir une famille", expliquait le Dr. Elizabeth Miller au New York Times en février 2011. "Beaucoup d'entre eux ont fait l'expérience d'une famille instable et veulent construire quelque chose de mieux."

À lire aussi
Une seringue et une fiole (Illustration) Santé
Bientôt un contraceptif masculin à dose unique et efficace 13 ans ?

Elle évoquait également la culture des gangs aux États-Unis, et le désir de certains jeunes hommes d'accéder au statut qui récompense ceux ayant eu des enfants avec plusieurs femmes.

Des contraceptifs plus discrets


En réponse à la montée de la coercition reproductive, l'American College of Obstetricians and Gynecologists recommande aux obstétriciens et aux gynécologues de poser certaines questions durant les visites de routine, comme "Votre partenaire soutient-il vos décisions en ce qui concerne le moment et l'éventualité d'une grossesse ?".

Par ailleurs, des conditionnements plus discrets des méthodes de contraception sont étudiés. Les pilules peuvent être délivrées dans de simples enveloppes. Des dispositifs intra-utérins, aux ficelles coupées pour les rendre indétectables, sont également envisagés.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Contraception Info Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants