1 min de lecture Centrafrique

Centrafrique : enquête sur de nouveaux soupçons d'abus sexuels visant des militaires français

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire, après que l'ONU a révélé des soupçons d'exploitation et d'abus sexuels impliquant des militaires français.

Des soldats français de la force Sangaris à Bangui, le 15 janvier 2014
Des soldats français de la force Sangaris à Bangui, le 15 janvier 2014 Crédit : AFP / ERIC FEFERBERG
Nicolas Bamba et AFP

La justice française réagit aux révélations de l'ONU. Le parquet de Paris a ouvert dès vendredi 1er avril 2016 une enquête préliminaire sur de nouveaux soupçons d'abus sexuels dénoncés par les Nations unies et dans lesquels seraient impliqués des militaires français basés en Centrafrique. Les faits d'exploitation et d'abus sexuels se seraient déroulés entre 2013 et 2015 à Dékoa. L'enquête est confiée à la gendarmerie prévôtale, chargée d'enquêter sur les crimes et délits commis par des militaires français lors d'opérations extérieures.

Le 31 mars dernier, l'ONU avait rendu publiques de nouveaux soupçons faisant état de dérives extrêmes. En 2014, des soldats français de Sangaris auraient forcé des jeunes filles à avoir des rapports sexuels avec des animaux en échange d'argent. 108 victimes présumées ont été interrogées par des responsables. Il s'agissait "en grande majorité" de mineurs, selon Stéphane Dujarric, porte-parole de l'ONU. Les allégations visaient aussi les contingents burundais et gabonais de la mission des Nations unies.

Plusieurs enquêtes déjà ouvertes ces derniers mois

D'après l'ONG AIDS-Free World, trois jeunes filles ont affirmé qu'elles avaient été déshabillées et attachées par un militaire de Sangaris, puis forcées d'avoir des relations sexuelles avec un chien. Chacune aurait ensuite reçu de l'argent. Ces faits "n'ont pas été confirmés", indique l'ONU. Le signalement de l'enquête préliminaire ouverte le 1er avril ne précise ni le nombre de victimes, ni leur âge, ni le nombre de militaires impliqués.

En France, une information judiciaire et une enquête préliminaire sont déjà en cours concernant plusieurs accusations de viols portées par des mineurs centrafricains à l'encontre de soldats français. Cinq militaires de Sangaris ont été entendus mais n'ont pas été mis en examen.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Centrafrique Justice Armée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants