2 min de lecture Info

Canada : le suspect de la rue Copernic refuse son extradition

Les avocats du principal suspect de l'attentat de la synagogue de la rue Copernic à Paris il y a plus de 30 ans ont attaqué lundi en appel à Toronto la décision du gouvernement canadien de l'extrader vers la France.

Portrait robot du terroriste, fait à partir de témoignages recueillis lors de l'attentat
Portrait robot du terroriste, fait à partir de témoignages recueillis lors de l'attentat Crédit : - / POLICE JUDICIAIRE / AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Libano-Canadien Hassan Diab clame son innocence dans l'attentat de la synagogue de la rue Copernic à Paris, il y a 30 ans. Les avocats de l'ancien professeur de sociologie à l'université d'Ottawa, contestent son extradition. Ils ont remis en question la crédibilité d'une analyse graphologique, élément-clef du dossier à charge, la jugeant "truffée d'erreurs".

Diab conteste son implication dans cet attentat, qui avait fait quatre morts, et a fait appel de la décision du gouvernement canadien en avril 2012 de l'extrader vers la France, même si la cour avait précédemment souligné la "faiblesse" du dossier à son encontre.

L'analyse graphologique en question

L'une de ses défenseurs, Me Marlys Edwardh a cherché lundi à discréditer une analyse graphologique réalisée par une experte française, Anne Bisotti, lors de l'examen de la décision canadienne par la Cour d'appel de l'Ontario.

À lire aussi
Steak hachés (illustration) fraude
Faux steaks hachés : "choquant et inacceptable" pour la Croix-Rouge

Me Edwardh, s'appuyant sur l'opinion de cinq autres experts, a passé au crible les conclusions d'Anne Bisotti, selon qui Hassan Diab a vraisemblablement rempli une fiche d'hôtel sous une fausse identité (Alexander Panadriyu), qui a aussi été utilisée pour l'achat d'une moto ayant servi dans l'attentat du 3 octobre 1980. L'analyse graphologique d'Anne Bisotti n'a pas été réalisée selon "une méthodologie conforme" et n'a pas non plus été "validée" par des pairs, a affirmé Me Edwardh.

La décision prendra plusieurs semaines

Pour la défense, la signature au bas de la fiche d'hôtel n'est qu'un "écran de fumée" dans la décision d'extrader Hassan Diab. Ce dernier, qui aura 60 ans dans quelques jours, se dit victime d'une homonymie et clame son innocence, soutenant qu'il était étudiant à Beyrouth au moment des faits.

Me Edwardh a aussi estimé que le ministère de la Justice avait commis une erreur en autorisant l'extradition de Diab sur la base de l'analyse graphologique.

L'analyse d'Anne Bisotti était la troisième soumise par la France en appui à sa demande d'extradition, les deux précédentes ayant été rejetées par la cour après que la défense a soulevé des objections. L'audience de la Cour d'appel de l'Ontario doit se terminer ce mardi 5 novembre mais la décision ne devrait pas être rendue avant plusieurs semaines.

Les avocats de Hassan Diab estiment aussi que le Canada ne peut extrader leur client car la France n'a jamais formulé de chefs d'inculpation à son encontre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7766418945
Canada : le suspect de la rue Copernic refuse son extradition
Canada : le suspect de la rue Copernic refuse son extradition
Les avocats du principal suspect de l'attentat de la synagogue de la rue Copernic à Paris il y a plus de 30 ans ont attaqué lundi en appel à Toronto la décision du gouvernement canadien de l'extrader vers la France.
https://www.rtl.fr/actu/international/canada-le-suspect-de-la-rue-copernic-refuse-son-extradition-7766418945
2013-11-05 06:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/wPFJnLYGP8gJtALSYqKIyg/330v220-2/online/image/2013/1105/7766419074_la-defense-du-suspect-de-la-rue-copernic-conteste-toute-extradition-du-canada.jpg