1 min de lecture Brésil

Brésil : une "stérilisation forcée" scandalise

Une mère de huit enfants aurait été victime de "stérilisation forcée", selon une tribune diffusée le week-end du 8 juin dans la presse brésilienne.

Une Brésilienne manifestait en faveur de la légalisation de l'avortement à Rio, en novembre 2015. Trois ans plus tard, l'avortement n'est valable que dans des cas particuliers.
Une Brésilienne manifestait en faveur de la légalisation de l'avortement à Rio, en novembre 2015. Trois ans plus tard, l'avortement n'est valable que dans des cas particuliers. Crédit : CHRISTOPHE SIMON / AFP
Kathleen Franck
et AFP

Au Brésil, une dénonciation pour "stérilisation forcée" d'une mère de huit enfants a provoqué un vif émoi dans tout le pays. Une tribune publiée le 8 juin dernier dans la presse brésilienne par un professeur de droit, Oscar Vilhena, a mis l'affaire en lumière. Pour lui, la femme, présentée comme sans-abri et toxicomane, n'a jamais accepté d'être stérilisée. Une ONG fondée par des avocats, l'Institut de garanties pénales (IGP), s'est également insurgée de la situation. 


Les faits remontent à octobre 2017. Un juge officiant près de Sao Paulo, Djalma Moreira Gomes, décide que Janaina Aperecida Quirino doit se faire stériliser. Il assure que l'intéressée est consentante. Peu après la décision, la femme accouche de son huitième enfant. Elle se fait ligaturer les trompes juste après la naissance. 


Après la forte répercussion de la tribune du professeur Vilhena, le juge a publié un texte dans lequel il déclare que celle-ci ne vivait pas en situation de précarité et qu'elle a signé un document officiel stipulant qu'elle autorisait l'opération. Mais celui-ci date de 2015, soit trois ans avant les faits.

À lire aussi
Décollage d'un satellite brésilien depuis la base spatiale d'Alcantara espace
Le Brésil est prêt à commercialiser sa base spatiale en 2019

Un acte controversé

Les réactions pleuvent depuis la révélation. L'ONG IGP a déclaré que l'affaire était comparable à "ce qu'on fait pour les animaux". Un groupe de défense des droits de l'Homme a renchéri, déclarant que cette femme "avait été traitée comme un objet, une chose". Mais les détracteurs sont aussi très nombreux. "Si j'étais le juge, j'aurais pris la même décision. Quelqu'un doit se préoccuper du sort des enfants", a déclaré une juriste renommée au Brésil, Janaina Paschoal, sur Twitter.

Au Brésil, l'IVG est seulement autorisée en cas de viol, de risque grave pour la mère, ou la malformation du fœtus. La stérilisation représente une méthode de contraception courante, considérée comme moins "drastique" que l'avortement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brésil Avortement Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793750974
Brésil : une "stérilisation forcée" scandalise
Brésil : une "stérilisation forcée" scandalise
Une mère de huit enfants aurait été victime de "stérilisation forcée", selon une tribune diffusée le week-end du 8 juin dans la presse brésilienne.
https://www.rtl.fr/actu/international/bresil-une-strerilisation-forcee-scandalise-7793750974
2018-06-14 16:18:40
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Famzd68lfJ3Loz3oz7Cf2w/330v220-2/online/image/2018/0614/7793752138_une-bresilienne-manifestait-en-faveur-de-la-legalisation-de-l-avortement-au-bresil-en-novembre-2015-trois-ans-plus-tard-l-avortement-n-est-valable-que-dans-des-cas-particuliers.jpg