2 min de lecture Société

Belgique : un site de rencontres accusé d'inciter les étudiantes à la prostitution

Pour la campagne de lancement du site, des camions publicitaires ont circulé devant la principale université de Bruxelles.

Le site richmeetbeautiful fait polémique.
Le site richmeetbeautiful fait polémique. Crédit : Capture d'écran richmeetbeautiful.com
François Quivoron
François Quivoron
et AFP

"Hey les étudiantes ! Améliorez votre style de vie, sortez avec un 'sugardaddy'." Des camions publicitaires affichaient ce message lundi aux abords du campus de la célèbre Université libre de Bruxelles (ULB). Il s'agit d'une campagne pour le lancement, quelques semaines plus tôt, d'un site de rencontres sur Internet qui suscite une vive polémique en Belgique.

Le site a pour objectif de mettre en relation des "sugardaddies" (littéralement "papas gâteaux", des hommes âgés et riches, qui se prétendent beaux et intelligents) avec des "sugarbabies", dont la principale caractéristique semble être qu'elles sont jeunes, jolies et de préférence étudiantes. La Fédération Wallonie-Bruxelles, dont dépend l'enseignement supérieur dans la capitale belge, a annoncé qu'elle déposerait plainte pour incitation à la débauche et la prostitution.

L'université de Bruxelles dépose une plainte

L'ULB a déposé plainte auprès du Jury d'éthique publicitaire de Belgique, un organe d'"autodiscipline" du secteur dont les avis négatifs sont généralement suivis par les annonceurs. Plusieurs autres plaintes sont à l'étude, a précisé Sandrine Sepul, directrice de ce jury, qui statuera le 3 octobre prochain. Un syndicat étudiant, l'Union des étudiants de la Communauté française (Unecof), a pour sa part dénoncé une campagne "complètement immorale".

À lire aussi
Des bouchons dans les rues de Paris Grand Paris
Transports : les véhicules les plus polluants bientôt interdits autour de Paris

"De plus en plus d'étudiants ont des difficultés sociales ou économiques. On sait que le phénomène de la prostitution étudiante gagne du terrain, et voilà une entreprise qui exploite la détresse de ces jeunes femmes pour faire des profits !", a regretté sa présidente, Opaline Meunier. "Si ce n'est pas de l'incitation à la prostitution, c'est au moins comparable à l'utilisation des services d'une escort girl. Or ces étudiantes-là, qui ont du mal à payer leurs études, ont besoin d'une bourse, pas d'un 'sugardaddy'", a insisté la présidente de l'Unecof.

"C'est un malentendu classique", a rétorqué Sigurd Vedal, qui a également prévu une campagne publicitaire à la télévision, à la radio et sur Internet. "Nos 'sugarbabies' doivent avoir au moins 18 ans et la prostitution n'est pas autorisée, a-t-il assuré. Nous sommes comme un site de rencontres classique, sauf que l'aspect financier fait partie des critères."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Belgique Bruxelles
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790248492
Belgique : un site de rencontres accusé d'inciter les étudiantes à la prostitution
Belgique : un site de rencontres accusé d'inciter les étudiantes à la prostitution
Pour la campagne de lancement du site, des camions publicitaires ont circulé devant la principale université de Bruxelles.
https://www.rtl.fr/actu/international/belgique-un-site-de-rencontres-accuse-d-inciter-les-etudiantes-a-la-prostitution-7790248492
2017-09-27 11:46:54
https://cdn-media.rtl.fr/cache/abFYMzk80Kcto4dwiUr2Tg/330v220-2/online/image/2017/0927/7790248585_le-site-richmeetbeautiful-fait-polemique.JPG