3 min de lecture Barack Obama

Barack Obama ira-t-il à Hiroshima fin mai ?

REPLAY - Le voyage est à l'étude à la Maison Blanche. Jamais aucun président américain en exercice n'a visité le site japonais depuis l'explosion de la première bombe atomique de l'Histoire.

Rémi Sulmont RTL vous en parle déjà Rémi Sulmont
>
Barack Obama ira-t-il à Hiroshima fin mai ? Crédit Image : SIPA | Crédit Média : Rémi Sulmont | Durée : | Date : La page de l'émission
Rémi Sulmont
Rémi Sulmont et Loïc Farge

L'idée de se rendre à Hiroshima trotte dans la tête de Barack Obama depuis qu’il est entré à la Maison Blanche. Notamment depuis qu’il a prononcé ces mots à Prague : "En tant que seule puissance nucléaire à avoir utilisé une arme nucléaire, les États-Unis ont une responsabilité morale d'agir", déclare alors le Président américain, qui appelle au désarmement nucléaire. Il fait le rêve d’un monde sans arme nucléaire. Nous sommes en avril 2009. Le nouveau président a alors le "Yes we can" facile. Il marche sur l’eau. Quelques mois plus tard, pour cet appel, il obtiendra le prix Nobel de la Paix.

Obama pense alors pouvoir se rendre à Hiroshima porter ce discours. Il le dit lors d’une visite à Tokyo : "Je viendrai si on me convie". Les maires d’Hiroshima et Nagasaki, dont les habitants sont des militants antinucléaires acharnés, l'invitent. Mais le gouvernement japonais bloque, jugeant la visite prématurée.

"Opportunité d’agenda"

Cette visite est-elle aujourd'hui possible ? Disons qu'il y a une belle "opportunité d’agenda" (comme disent les diplomates) qui se présente le mois prochain. Fin mai, le sommet du G7 aura lieu au centre du Japon, à trois heures de vol d'Hiroshima. Barack Obama pourrait donc en profiter pour aller au mémorial d’Hiroshima. Son secrétaire d’État, John Kerry s’y est rendu pour un hommage le week-end dernier. En éclaireur pour Obama. Il a déposé des fleurs sur le sol qui, au matin, à 8h15, à cette même heure le lundi 6 août 1945, est monté à 4.000 degrés quand l’apocalypse nucléaire s'est abattue sur Hiroshima.

John Kerry a déposé des fleurs devant le tombeau, où les noms des 140.000 victimes tuées par la première bombe atomique de l’Histoire, ont été gravés. "J’espère qu’un jour le président des Etats-Unis pourra venir ici", a-t-il confirmé. Pour voir les réactions au Japon et aux États-Unis. "Un jour" : cela signifie-t-il que pour l’instant rien n’est encore fait ? Cela veut dire qu’Obama peut reculer si une opposition à ce voyage se construit. Mais le gouvernement japonais est favorable et pense même tirer un profit politique de cette visite, selon le correspondant de RTL à Tokyo, Joël Legendre.

À lire aussi
Le journaliste Yann Rousseau sur le plateau d'On est pas couchés Télévision
"On n'est pas couché" : Carlos Ghosn, "8 minutes dans la malle", selon Régis Arnaud

La Maison Blanche planche sur programme de quelques heures sur place. Le problème c’est de savoir ce que va dire Barack Obama dans ce "discours d’Hiroshima". Tout ce qui pourrait se rapprocher d’une reconnaissance de culpabilité peut froisser les associations de vétérans américains et réveiller les anti-Obama qui détestent de voir l’Amérique s’excuser.

Pas de regret en vue

Franck Michelin, l’un des seuls historiens français spécialistes de la guerre du Pacifique, maître de conférences à l’Université Meiji à Tokyo, nous l'a prédit : "Fondamentalement, je pense qu'Obama ne dira pas grand chose. Le simple fait de venir va déjà être quelque chose d'assez compliqué et d'assez important. Ce que les Japonais auraient envie d'entendre, c'est qu'il ne faut pas recommencer ce type de chose. Ils n'attendent pas de plates excuses, mais au moins la reconnaissance que les bombardements atomiques sont une erreur qu'il ne faut plus jamais reproduire. Je crains qu’Obama n’aille pas jusqu'à le reconnaissance du fait qu'un crime a été commis", dit-il.
 
Il parait donc assez improbable qu'Obama, le successeur du président Truman qui a largué la bombe, exprime des regrets. L’idée pour le Président américain serait plutôt de réitérer à Hiroshima son vœu d’un monde sans arme nucléaire. Et d’ajouter, avant de quitter la Maison Blanche, une étape historique à sa tournée d’adieux, après sa visite millimétrée et réussie à Cuba.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Barack Obama Japon États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants