1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Barack Obama confirme sa venue à Paris pour la COP21
1 min de lecture

Barack Obama confirme sa venue à Paris pour la COP21

Le président américain veut mettre en avant le rôle central des États-Unis dans la lutte contre le changement climatique.

Barack Obama le 6 novembre 2015.
Barack Obama le 6 novembre 2015.
Crédit : MANDEL NGAN / AFP
Marine Cluet & AFP

C'est désormais officiel : Barack Obama se rendra bien à Paris pour la conférence sur le climat COP21. "Dans trois semaines à partir d'aujourd'hui, j'attends avec impatience de rejoindre mes homologues du monde entier à Paris, où nous allons tous nous rassembler autour d'un cadre ambitieux pour protéger la seule planète que nous ayons", a annoncé le président américain depuis la Maison Blanche vendredi 6 novembre. 

Pour le dirigeant c'est une évidence, il faut agir maintenant. "Et si nous voulons prévenir les effets du changement climatique, le temps de l'action est maintenant, et pas plus tard ou un de ces jours, mais ici et maintenant" a-t-il également déclaré, tout en affichant son "optimis(me) sur ce que nous pouvons accomplir ensemble".

L'écologie au premier plan

À trois semaines de la COP21, Barack Obama veut clairement mettre en avant le rôle central des États-Unis dans la lutte contre le réchauffement climatique. Pour preuve, après des années de tergiversations, il a annoncé le rejet du projet controversé d'oléoduc Keystone XL reliant le Canada aux États-Unis, projet qui n'aurait eu selon lui que peu d'impact significatif sur l'économie américaine. 

Long de 1.900 kilomètres, dont 1.400 aux États-Unis, Keystone XL visait à transporter le pétrole canadien des sables bitumineux de l'Alberta (dans l'Ouest du Canada) jusqu'au Nebraska (au centre des États-Unis) d'où il aurait pu rejoindre les raffineries américaines du golfe du Mexique. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a regretté la décision américaine tout en soulignant que les relations entre les États-Unis et le Canada étaient "beaucoup plus vastes qu'un seul projet".

À lire aussi

Aucun dossier environnemental n'est plus emblématique du fossé idéologique qui existe aux États-Unis sur l'énergie et l'environnement. Symbole de la lutte des écologistes, qui fustigeaient les risques de fuite et le caractère énergivore, au-delà de l'impact sur les émissions de gaz à effets de serre, ce refus provoque la colère des républicains.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/