4 min de lecture Attentats en Catalogne

Attentats en Espagne : ce que dit l'enquête, 3 jours après les attaques

ÉCLAIRAGE - La police est toujours à la recherche d'un individu qui pourrait être le conducteur de la camionnette qui a fauché les passants sur La Rambla. À Alcanar, au moins 120 bouteilles de gaz ont été retrouvées.

Un attentat a été perpétré à Barcelone sur La Rambla, le 17 août 2017
Un attentat a été perpétré à Barcelone sur La Rambla, le 17 août 2017 Crédit : JAVIER SORIANO / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
et Guillaume Chieze

La plus grosse attaque terroriste sur la péninsule ibérique depuis le 11 mars 2004. L'Espagne a été ensanglantée par deux attentats consécutifs, jeudi 17 et vendredi 18 août. Deux voitures ont, à quelques heures d'intervalle, été lancées à vive allure, d'abord à Barcelone peu avant 17 heures le 17 août, puis vers 2 heures du matin le 18 août dans la station balnéaire de Cambrils. Au total, 14 personnes sont décédées et plus de 120 ont été blessées. Depuis, les enquêteurs catalans tentent de démêler fil à fil le projet de l'attaque, le nombre de commanditaires, leurs identités.

Los Mossos d'Esquadra, les policiers catalans, s'intéresse à une cellule terroriste d'une douzaine de personnes. Madrid a annoncé, ce samedi 19 août par la voix du ministre de l'Intérieur espagnol, que la cellule en question a été "démantelée", mais la police catalane nuance, rappelant par ailleurs qu'elle chapeaute l'enquête. "Nous ne pouvons considérer l'enquête, menée par les Mossos d'Esquadra, comme terminée tant que nous n'avons pas localisé ou arrêté les personnes que nous croyons faire partie de cette cellule terroriste", a déclaré Joaquim Forn, chef du département de l'Intérieur de Catalogne, ce samedi 19 août lors d'une conférence de presse.

Les suspects : 7 morts, 4 gardés à vue, un homme recherché

- Cinq hommes ont été tués à Cambrils qui tentaient de commettre une attaque comparable, au moins dans le modus operandi, à celle de Barcelone : une voiture bélier lancée dans la foule. Cette fois, la police est parvenue à intercepter plus rapidement la voiture et a abattu le conducteur et les quatre passagers.

Deux autres hommes sont morts dans une explosion à Alcanar, commune à 200 kilomètres au sud de Barcelone, mercredi 16 août. Si l'incident a au départ été considéré comme un fait divers isolé, le lien avec les deux attaques des jours suivants est de plus en plus plausible. Les deux hommes morts dans l'explosion étaient en train de préparer des explosifs, selon l'enquête.

- Quatre individus ont été interpellés et se trouvent en garde à vue. Ils sont âgés de 21, 27, 28 et 34 ans. Le Marocain, qui se serait rendu de lui-même au commissariat selon le maire de Ripoll (dans El Pais) mais a été interpellé selon la police, a déclaré aux forces de l'ordre avoir fait l'objet d'un vol de ses papiers d'identité et qu'il se trouvait à Ripoll, à une centaine de kilomètres de Barcelone, au moment de l'attaque. 

À lire aussi
Les familles de victimes se recueillent sur la mosaïque de Miro, sur les Ramblas de Barcelone, vendredi 17 août 2018, un an après les attentats en Catalogne Attentats en Catalogne
Attentats en Catalogne : un an après, Barcelone pleure ses victimes

- Un homme est activement recherché. Younès A., un Marocain de 22 ans, apparaît comme le conducteur présumé de la camionnette lancée sur les Ramblas de Barcelone. Il est la cible prioritaire des enquêteurs et serait le seul survivant de la cellule de Ripoll. "Si je savais qu'il est en Espagne et où, nous irions le chercher. Nous ne savons pas où il est", a déclaré le chef de la police de Catalogne, Josep Lluis Trapero. C'est également à son nom qu'une Renault Kangoo blanche a été louée quelques heures avant les attaques. Le véhicule qui avait disparu dans la nature a été retrouvé en Espagne ce samedi 19 août.

Plusieurs attaques envisagées ?

- Au moins 120 bouteilles de butane ont été retrouvées à Alcanar. "Nous commençons à voir clairement que c'est le lieu où se préparaient les explosifs pour commettre un ou plusieurs attentats dans la ville de Barcelone", a déclaré le chef de la police de Catalogne. Selon plusieurs médias espagnols, la Sagrada Familia constituait une cible potentielle pour des attaques multiples.

Ripoll au cœur de l'enquête

Une commune catalane de quelque 10.000 habitants intéresse particulièrement les enquêteurs. Ripoll, située à une trentaine de kilomètres de la frontière franco-espagnole, est devenue le théâtre de plusieurs perquisitions depuis le début de l'enquête. Une nouvelle perquisition s'y est déroulée ce samedi 19 août, dans l'appartement d'un imam de la ville. D'après El Pais qui cite des sources policières, l'imam pourrait être un des deux morts de l'explosion survenue le mercredi soir à Alcanar. Les habitants parlent de radicalisation récente d'hommes, de jeune filles qui se voilent davantage et de certains habitants devenus plus religieux et de moins en moins sociables. Ripoll aurait abrité au moins sept des douze suspects impliqués dans les attentats.

Les zones d'ombre

- Le rôle de Driss Oukabir, frère de Moussa Oukabir, suspect tué à Cambrils, reste à déterminer. L'homme s'est rendu à la police en expliquant que si son identité avait été rendue publique au début de l'enquête, lui-même n'avait rien à voir dans les attaques et que ses papiers d'identité lui avaient été dérobés.

- Un homme a été retrouvé tué à l'arme blanche dans une voiture, jeudi 17 août aux alentours de 19h45, soit quelques heures après l'attaque sur la Rambla. Avant cela, le véhicule avait forcé un barrage de police à la sortie de Barcelone. Si aucun lien n'a été formellement établi avec l'attaque, il apparaît qu'une personne, suspecté d'avoir tué au couteau le conducteur et dont l'identité n'est pas connue de la police selon El Pais, a pris la fuite.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats en Catalogne Espagne Enquête
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants