1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Attentats déjoués en Belgique : le cerveau présumé des opérations toujours en fuite
2 min de lecture

Attentats déjoués en Belgique : le cerveau présumé des opérations toujours en fuite

L'arrestation de quatre hommes en Grèce n'a pas permis de retrouver le commanditaires des attentats déjoués en Belgique.

Le ministre de la Justice belge Koen Geens le 16 janvier 2015 (archives).
Le ministre de la Justice belge Koen Geens le 16 janvier 2015 (archives).
Crédit : EMMANUEL DUNAND / AFP
micro generique
La rédaction numérique de RTL
Journaliste

Ce dimanche 18 janvier, le ministre belge de la Justice Koen Geens a confirmé que le cerveau présumé de la cellule jihadiste démantelée cette semaine en Belgique était toujours en fuite. Il n'a néanmoins pas démenti qu'il pourrait se trouver en Grèce comme l'affirment les médias.

"C'est effectivement le cas", a répondu le ministre à la question d'une journaliste de la chaîne flamande VRT qui lui demandait si le commanditaire des attentats déjoués était toujours en fuite.

Le ministre a ensuite évoqué les quatre hommes arrêtés à Athènes samedi dans le cadre de l'enquête. "Les arrestations qui ont eu lieu hier soir n'ont pas permis de mettre la main sur la bonne personne. On continue de le rechercher activement et je suppose que cela va réussir".

Un Belge d'origine marocaine à la tête des attentats prévus

Selon les médias belges, Abdelhamid Abaaoud, un Belge d'origine marocaine de 27 ans qui a combattu dans les rangs du groupe État islamique en Syrie est le chef et pourvoyeur de fonds de la cellule, qui projetait des attentats contre des policiers et des commissariats "dans toute la Belgique".

À lire aussi

Le parquet fédéral belge, chargé de l'enquête, avait déjà indiqué dimanche matin qu'il n'existait "aucun lien" entre les personnes arrêtées et le réseau jihadiste démantelé.

Seulement deux hommes auraient été arrêtés en Grèce

Ce dimanche, une source policière grecque s'exprimant sous couvert d'anonymat a contredit les premières informations faisant état de quatre arrestations et affirmé que les hommes interpelés samedi à Athènes dans le cadre de l'enquête étaient au nombre de deux.

Au moins l'un deux avait été remis en liberté dimanche après-midi sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui, a-t-elle ajouté.

Abdelhamid Abaaoud aurait communiqué avec les deux suspects tués dans un assaut de la police jeudi soir à Verviers (est) en appelant le frère de l'un d'eux depuis la Grèce, affirme la chaîne flamande VTM. Treize personnes avaient en outre été arrêtées dans ce coup de filet, dont cinq ont été inculpées pour "appartenance à un groupe terroriste". Deux fugitifs ont également été arrêtés en France.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/