1 min de lecture Attentats à Paris

Attentats à Paris : qu'impliquerait le combat "impitoyable" annoncé par François Hollande contre Daesh ?

REPLAY / ÉCLAIRAGE - La France pourrait renforcer ses actions militaires à l'étranger contre l'État islamique.

une-fusillade-a-eclate-sur-les-champs-elysees-le-20-avril-2017 Édition spéciale - Attentats à Paris La rédaction de RTL
>
Attentats à Paris : qu'impliquerait le combat "impitoyable" annoncé par François Hollande contre Daesh ? Crédit Image : AFP PHOTO / ECPAD | Durée : | Date : La page de l'émission
Pierre Julien et Julien Absalon

Après ces terribles attentats qui ont fait au moins 129 morts, François Hollande a affirmé que la France serait "impitoyable à l'égard des barbares de Daesh". Cette réponse directe à la revendication du groupe islamiste laisse entendre que la France pourrait donner un peu plus d'envergure à ses actions militaires à l'extérieur du territoire.

Cela pourrait par exemple se traduire par un renforcement du dispositif aérien français présent en Jordanie et aux Émirats arabes unis pour attaquer le groupe État islamique en Syrie, comme c'est le cas depuis mi-septembre. Et même si le porte-avion Charles de Gaulle va bientôt rejoindre le théâtre, des avions Mirage et Rafale supplémentaires pourraient bien être déployés, notamment sur la base au nord d'Amman.

Des forces spéciales sur le terrain ?

Les actions à l'étranger peuvent aussi être menées par le service action de la Direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE). Mais une fois les donneurs d'ordre de ces attentats identifiés, le public n'aura peut-être jamais d'informations sur la neutralisation de tel ou tel chef islamiste. Car dans ce cas, on passe dans le monde des services secrets.

Une autre piste d'intervention au sol existe : les forces spéciales. Il y en a en Irak et un très petit nombre en Syrie pour guider les frappes aériennes. Si la coalition internationale menée par les États-Unis s'engage avec plus de force contres les jihadistes, elle pourrait alors recourir à ces unités d'élite. C'était le cas en Afghanistan contre al-Qaïda et les Talibans, avec l'opération Enduring Freedom. Jacques Chirac avait alors donné son feu vert pour envoyer 200 commandos sur le terrain. Il faut cependant souligner que ces derniers opèrent sous uniforme, dans la discrétion et non pas dans la clandestinité totale.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Armée Militaires
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants