1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Attentats à Bruxelles : trois kamikazes identifiés, deux terroristes en fuite, un testament audio... Où en est l'enquête ?
5 min de lecture

Attentats à Bruxelles : trois kamikazes identifiés, deux terroristes en fuite, un testament audio... Où en est l'enquête ?

ÉCLAIRAGE - Alors que la Belgique panse ses plaies, les autorités sont activement à la recherche de deux suspects, présents à l'aéroport et à la station de métro Maelbeek.

La Belgique a décrété trois jours de deuil national, après les attentats du 22 mars
La Belgique a décrété trois jours de deuil national, après les attentats du 22 mars
Crédit : THIERRY ROGE / BELGA / AFP
Marie-Pierre Haddad

La Belgique entame son troisième jour de deuil national, ce jeudi 24 mars. Le gouvernement a appelé à une nouvelle minute de silence, afin de de rendre hommage aux victimes, à 14h30. Une première avait été observée par des milliers de personnes mercredi à midi aux quatre coins de la capitale belge. La place de la Bourse a été transformée en mémorial aux victimes. D'autres hommages ont aussi eu lieu devant l'aéroport international de Bruxelles-Zaventem.

Les témoignages continuent d'affluer quarante-huit heures après les attentats coordonnés qui ont touché l'aéroport et dans la station de métro Maelbeek. Au micro de RTL, Alphonsine décrit l'horreur. Elle se trouvait dans la rame qui a explosé : "C'est le deuxième wagon qui a sauté. Quand ça a explosé, cela semblait très proche. Il y a eu une boule de feu, c'était effrayant, on s'imaginait mourir brûlé, calciné. Ça s'est arrêté, on s'est levé et là, il y a eu une deuxième explosion. Mais on a encore survécu.

Débute alors un long moment avant de sortir de la station dévastée. "Il fallait absolument pouvoir sortir mais jusqu'à la sortie, on n'était pas sûr que ça ne saute pas encore. Il y avait des morceaux, ce n'était pas des corps entiers (…) On a échappé à cette bombe mais on s'est aussi dit qu'on allait mourir par étouffement".

La rédaction vous recommande

Les kamikazes de l'aéroport et celui du métro identifiés

L'enquête continue d'avancer d'heure en heure. Trois terroristes sont désormais identifiés. Il s'agit des frère El Bakraoui et de Najim Laachraoui. Ibrahim El Bakraoui est l'un des kamikazes de l'aéroport. Il se trouve au milieu de la photo des suspects prise par les caméras de surveillance. Ce Belge de 29 ans, a été condamné dans un dossier de grand banditisme. Selon Ankara, il aurait été arrêté en juin dernier en Turquie, non loin de la Syrie, avant d'être expulsé vers la Belgique via les Pays-Bas. Koen Geens, le ministre belge de la Justice, a répondu au président turc sur l'antenne de VRT. "Il n'y a, c'est certain, pas eu d'extradition" vers la Belgique. 

À lire aussi

Khalid El Bakraoui s'est fait exploser à la station de métro de Maelbeek. Âgé de 27 ans, cet homme de nationalité belge a aussi été condamné dans une affaire de grand banditisme. Najim Laachraoui est le troisième terroriste identifié. Connu sous le faux nom de Soufiane Kayal, il est l'artificier présumé des attentats de Paris. Le matériel explosif utilisé au Stade de France mais aussi au Bataclan portait des traces de son ADN.

Les équipes des attentats de Bruxelles liées à celles des attaques parisiennes

Khalid El Bakraoui aurait loué l'appartement de Forest, selon la RTBF. C'est dans cette maison qu'a dégénéré la perquisition menée par les autorités belges. Les empreintes de Salah Abdeslam y avaient été retrouvées et ont permis d'accélérer sa capture. Le lien avec le logisticien présumé des attentats du 13 novembre de Paris et Saint-Denis, ne s'arrête pas là. Le Belge avait loué, sous une fausse identité, un appartement à Charleroi qui aurait servi de dernière planque aux commandos.

Le rôle de Najim Laachraoui dans les attentats de Paris se précise aussi. C'est sous sa fausse identité qu'il a loué une maison à Auvelais, près de Namur dans le sud de la Belgique. Cette planque aurait servi de lieux de préparation des attaques de la capitale. Son ADN y a été retrouvé, comme dans l'appartement de la rue Henri Bergé, à Schaerbeek, au milieu de trois ceintures d'explosifs. Le 9 septembre 2015, Najim Laachraoui avait été contrôlé à la frontière austro-hongroise, en compagnie de Salah Abdelslam et Mohamed Belkaïd. Dernier élément, l'artificier présumé se trouvait dans la voiture aux côté de Mohamed Belkaïd, lorsque ce dernier a reçu le SMS "On est parti, on commence", envoyé à 21h42 par un des kamikazes du Bataclan.

La rédaction vous recommande

Un homme repéré à l'aéroport et un autre dans le métro activement recherchés

Deux hommes sont activement recherchés par les autorités. "L'homme en blanc", se trouvant sur la photo de l'aéroport. Selon le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw, cet homme "a déposé un grand sac puis est parti avant les explosions (...) Son sac contenait la charge explosive la plus importante" mais elle n'a pas explosé. 

Qui sont les suspects des attentats de Bruxelles ?
Qui sont les suspects des attentats de Bruxelles ?
Crédit : Ambre Lefevre / RTL.fr

La police belge recherchait un deuxième suspect en lien avec l'attentat-suicide du métro de Bruxelles. Un homme a été aperçu aux côtés de Khalid El Bakraoui sur les images de vidéosurveillance. Selon une source policière, un homme avait été vu avec un gros sac à côté du kamikaze, sur les images de vidéosurveillance de la station de Maelbeek. On y voit le frère d'Ibrahim parler avec le suspect. Ce dernier n'est pas rentré avec lui dans la rame, a précisé une source proche du dossier. 

La société exploitante du métro, la Stib, n'a pas confirmé ces informations, indiquant seulement avoir transmis toutes les images de vidéosurveillance à la police. Le parquet fédéral belge n'a jusqu'ici fait état que d'un seul homme "en fuite" aperçu sur les images de vidéosurveillance de l'aéroport de Bruxelles aux côtés des deux kamikazes qui se sont fait exploser dans le hall des départs.

Un testament laissé par Ibrahim El Bakraoui

Une perquisition menée à Bruxelles, mercredi 23 mars. Un engin explosif contenant des clous, ainsi que des produits chimiques et un drapeau de Daesh, ont été découverts. "Les perquisitions qui ont eu lieu à Schaerbeek ont mené à la découverte d'un engin explosif contenant entre autres des clous, précise un communiqué du parquet. 

Ibrahim El Bakraoui serait l'auteur d'un testament, retrouvé dans une poubelle lors de la perquisition. Il y explique "ne plus savoir quoi faire", "être recherché de partout" et "ne plus être en sécurité", selon les informations communiquées par le procureur belge, Frédéric Van Leeuw. L'homme qui a été identifié, comme étant le kamikaze de l'aéroport, ajoute : "S'ils s'éternisent, ils risquent de terminer à côté de lui dans une cellule". "Lui" semble faire référence à Salah Abdeslam, arrêté à Molenbeek. Les policiers ont aussi fait la découverte de 15 kilos d'explosif de type TATP, ainsi que 150 litres d'acétone, 30 litres d'eau oxygénée, des détonateurs, des clous et des vis.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/