1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Attentats à Bruxelles : Robert Ménard, Bruno Le Roux et Wallerand de Saint-Just scandalisent les internautes
1 min de lecture

Attentats à Bruxelles : Robert Ménard, Bruno Le Roux et Wallerand de Saint-Just scandalisent les internautes

Peu de temps après l'annonce des attentats de Bruxelles, plusieurs hommes politiques avaient déjà posté des messages polémiques sur le réseau social Twitter et se voient accusés de récupération.

Robert Ménard le 18 mai 2015, à Toulouse.
Robert Ménard le 18 mai 2015, à Toulouse.
Crédit : REMY GABALDA / AFP
Martin Cadoret
Martin Cadoret

Bruxelles a été la cible d'attentats terroristes ce mardi 22 mars. L'aéroport de Zaventem, situé au nord-est de la capitale belge, et le métro bruxellois ont été touché. Les premières explosions ont retenti peu avant 8 heures, mais plusieurs personnalités politiques n'ont pas mis très longtemps à commenter les événements sur un mode polémique.

Le maire de Béziers, Robert Ménard, proche de l'extrême droite, a expliqué dans une phrase lourde de sous-entendus qu'il y avait "peu de chances que ces attentats soient l'oeuvre de militants néo-nazis". Tout en joignant ironiquement à ses propos un hashtag lancé par le gouvernement lundi. #TousUnisContreLaHaine devait servir à faire la promotion d'une campagne contre le racisme. Le maire de Béziers a même épinglé son tweet en haut de son fil et continue à poster des messages douteux, s'interrogeant notamment sur le fait que Molenbeek ou Saint Denis n'aient pas été touché par des attentats. Le Stade de France, également visé par les terroristes, se trouve pourtant bien sur la commune de Saint-Denis.

Le député Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée, a lui aussi réagi très rapidement en liant les attentats de Bruxelles à "l'irresponsabilité de la droite sénatoriale". Lundi 21 mars, les sénateurs ont enterré la proposition phare de la réforme constitutionnelle, à savoir la déchéance de nationalité. Les parlementaires ont voté un amendement la réservant aux seuls binationaux.

Le conseiller régional d'Île-de-France Wallerand de Saint-Just, ancien candidat aux élections régionales 2015, a pour sa part critiqué les propos de Manuel Valls. Il a noté une intervention empreinte de "beaucoup de lâcheté". Le Premier ministre a une nouvelle fois martelé que la France était "en guerre".

À lire aussi

Les propos des personnalités politiques ont rapidement été accusés de récupération par de nombreux twittos, préférant mettre en avant la solidarité avec les bruxellois victimes des attentats.

La rédaction vous recommande
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/