1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Attentats à Bruxelles : le père de Najim Laachraoui se dit "consterné"
1 min de lecture

Attentats à Bruxelles : le père de Najim Laachraoui se dit "consterné"

REPLAY - Deux jours après les attentats à Bruxelles, le père de l'un des kamikazes est apparu accablé au seuil de son domicile de Schaerbeek, dans le nord de la capitale belge.

Des policiers devant l'entrée du bâtiment  où Salah Abdeslam a été arrêté à Molenbeek, le 20 mars 2016.
Des policiers devant l'entrée du bâtiment où Salah Abdeslam a été arrêté à Molenbeek, le 20 mars 2016.
Crédit : NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP
Attentats à Bruxelles : le père de Najim Laachraoui se dit "consterné"
01:33
Nicolas Burnens & Camille Kaelblen

Un homme aux traits tirés et à la voix tremblante, abattu. Voilà à quoi ressemblait le père de Najim Laachraoui, l’artificier des attentats de Paris et de Bruxelles qui s’est fait exploser mardi 22 mars à l’aéroport de Bruxelles, quand il a accepté de parler à un reporter de RTL sur le pas de sa porte.

Malade, les cheveux grisonnants, il se dit consterné, et affirme avoir donné toutes les informations utiles à la police. Depuis la mort de son fils, il reste enfermé les rideaux tirés dans son pavillon aux petites briques blanches à Schaerbeek, au nord de la capitale belge. Cela faisait plus de trois ans que la famille n’avait plus de nouvelles, depuis que Najim Laachraoui était parti se battre en Syrie en février 2013.

Najim Laachroui, un jeune homme discret

Personne, dans le quartier, ne semble l’avoir vu ces dernières années. Et pourtant c’est à moins de 2 kilomètres du domicile de ses parents, dans un appartement, que les bombes de l’aéroport et du métro de Bruxelles ont été fabriquées. Et c’est toujours à Schaerbeek, dans sa commune, que ses empreintes ont été retrouvées dans un logement du centre-ville, où les ceintures explosives de Saint-Denis et du Bataclan ont probablement été confectionnées.

Le choix de cette commune pour préparer les attentats n’est peut-être pas un hasard. Najim Laachraoui y a grandi, est allé au collège et au lycée avant de poursuivre des études d’électro-mécanique. Un parcours effectué sans difficultés : pas de signalements de la part des services sociaux de la ville ou de fiches pour radicalisation. Un jeune tellement discret que la mairie ne s’est aperçue que très récemment qu’il avait quitté la commune pour rejoindre la Syrie.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/