1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Attentats à Bruxelles : Facebook active le Safety Check trois heures après les explosions
2 min de lecture

Attentats à Bruxelles : Facebook active le Safety Check trois heures après les explosions

La fonctionnalité permettant de rassurer d'un clic ses connaissances sur Facebook a été activée trois heures après les premières explosions qui ont frappé Bruxelles, ce mardi 22 mars.

Des passagers évacués de l'aéroport de Zaventem à Bruxelles
Des passagers évacués de l'aéroport de Zaventem à Bruxelles
Crédit : Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Il aura fallu trois heures à Facebook pour déclencher l'outil Safety Check en Belgique. Après un début de polémique sur les réseaux sociaux, le site de Mark Zuckerberg a finalement activé la fonctionnalité à Bruxelles vers 11h15 pour permettre aux habitants de la capitale belge de rassurer leurs proches inscrits sur le réseau social après les explosions qui ont frappé l'aéroport international de Zaventem et la station de métro de Maelbeek, mardi 22 mars. 

Cette fonctionnalité détecte les utilisateurs du réseau social susceptibles de se trouver dans la zone touchée par une catastrophe et leur propose de cliquer sur un bouton afin de signaler à leurs proches qu'ils sont en sécurité en répondant à deux questions : "Êtes-vous dans la zone affectée ? Si oui, êtes-vous en sécurité ?"

Le safety Check activé à Bruxelles
Le safety Check activé à Bruxelles
Crédit : Facebook
La rédaction vous recommande

Plus tôt dans la matinée, de nombreux internautes s'étaient inquiétés sur les réseaux sociaux de ne pas pouvoir utiliser cet outil pour donner des nouvelles rassurantes à leurs proches alors que les réseaux téléphoniques locaux ont rapidement été saturés dans la capitale européenne où des numéros d'urgence ont été mis en place. Le ministre belge des télécommunications Alexander De Croo a d'ailleurs invité la population à communiquer par Internet en utilisant les plateformes de Facebook, WhatsApp et Twitter plutôt que les réseaux téléphoniques habituels. La cellule de crise belge a également demandé aux habitants de privilégier les réseaux sociaux pour désengorger les standards d'urgence.

La rédaction vous recommande

Une compassion à géométrie variable ?

Lancée en octobre 2014, la fonction Safety Check devait initialement permettre aux membres de Facebook de donner de leurs nouvelles lors des catastrophes naturelles. L'outil avait notamment été activé après le séisme survenu au Népal à la fin du mois d'avril 2015. Le réseau social l'avait finalement étendu aux "catastrophes humaines" après les fusillades du 13 novembre qui ont fait 129 morts à Paris. Plus de 5 millions de parisiens avaient alors utilisé le bouton d'urgence pour rassurer leurs proches.

À lire aussi

Facebook est beaucoup critiqué pour la différence de traitement géographique de son service. Après les attentats de Paris, de nombreux internautes du Proche-Orient se sont émus que l'attentat qui a fait 43 morts dans la banlieue de Beyrouth vingt-quatre heures plus tôt n'ait pas donné lieu à la même réaction sur le réseau social. Mark Zuckerberg avait pris acte de ces remarques "légitimes" et expliqué que Facebook allait désormais "activer le Safety Check pour plus de désastres causés par des humains à l'avenir"

Mais l'heure ne semble pas encore à l'équité entre les pays. Dimanche 13 mars, les habitants d'Ankara ont bénéficié du service après l'attentat kamikaze qui a frappé le coeur de la capitale turque, à l'inverse des internautes ivoiriens touchés par une attaque terroriste dans la station balnéaire de Grand Bassam plus tôt dans la journée.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/