1 min de lecture Attentats en Tunisie

Attaque terroriste à Tunis : ce que l'on sait des deux Français tués

Les deux morts français, un retraité et le gérant d'un centre hippique, venaient tous les deux de Midi-Pyrénées.

Les forces spéciales tunisiennes mobilisées après l'attaque du musée Bardo à Tunis, le 18 mars 2015.
Les forces spéciales tunisiennes mobilisées après l'attaque du musée Bardo à Tunis, le 18 mars 2015. Crédit : FETHI BELAID / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Les deux morts français officiellement recensés lors de l'attaque terroriste de Tunis venaient de Midi-Pyrénées, un retraité habitant le Tarn, et le gérant d'un centre hippique du Tarn-et-Garonne, a-t-on appris ce jeudi 19 mars auprès des préfectures et des mairies.

Âgé de 71 ans, Jean-Claude Tissier habitait Aussillon près de Mazamet dans le Tarn. Cet ancien coiffeur avait été adjoint au maire de 2008 à 2014, a précisé le maire de la commune Bernard Escudier. Il est mort des suites de ses blessures dans la nuit à l'hôpital de Tunis, a ajouté le maire.

L'autre Français tué lors de l'attaque, au musée du Bardo de Tunis, est Christophe Tinois, 59 ans, a indiqué le maire de Castelsarrasin, Jean-Philippe Bésiers. Cet homme qui vivait depuis "plus de dix ans" à Castelsarrasin, entre Montauban et Moissac, "était proche du milieu hippique et avait un centre d'entraînement pour les chevaux sur sa propriété", a précisé le maire. "Sa compagne est sauve, elle devrait être bientôt rapatriée en France", a ajouté le maire sans donner davantage de précisions.

Sans nouvelle de la compagne de Jean-Claude Tissier

Dans le Tarn, le maire d'Aussillon était ce jeudi après-midi "sans nouvelle de la compagne de monsieur Tissier, Nadine Flament". Un hommage public à Jean-Claude Tissier sera par ailleurs rendu par la mairie vendredi à 18h30. Le retraité était un vieil habitant d'Aussillon, très connu dans le bassin mazamétain.

À lire aussi
Un Tunisien et sa fille lors des attentats de Tunis le 27 juin 2019 tunisie
Les infos de 12h30 - Attentats en Tunisie : le musée du Bardo sous haute protection

Il figurait parmi les fondateurs de l'association Arts et cultures, dont il restait vice-président. "C'est d'ailleurs parce qu'il était passionné d'art que Jean-Claude a perdu la vie dans un musée en Tunisie", a relevé le maire avec tristesse. "Jean-Claude était ouvert sur le monde et sur les multiples influences culturelles. C'était avant tout un humaniste, qui aimait ses semblables de toutes origines et de tous les milieux," a aussi déclaré le maire sur le site du magazine départemental Le Journal d'Ici.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats en Tunisie Terrorisme Français
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants