1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Assaut à Saint-Denis : pourquoi les forces de l'ordre sont-elles intervenues la nuit ?
2 min de lecture

Assaut à Saint-Denis : pourquoi les forces de l'ordre sont-elles intervenues la nuit ?

ÉCLAIRAGE - Un assaut des forces de l'ordre a débuté ce mercredi 18 novembre à 4h25 dans le centre-ville de Saint-Denis, dans le cadre d'une opération menée après les attentats du 13 novembre. L'état d'urgence permet à la police d'agir à toute heure.

Des hommes du RAID (illustration).
Des hommes du RAID (illustration).
Crédit : Thomas Samson
Capucine Trollion
Capucine Trollion

À 4h25 ce mercredi 18 novembre, les forces de l'ordre ont donné l'assaut dans le centre-ville de Saint-Denis. Une opération policière antiterroriste non loin du Stade de France, qui fait suite à des perquisitions menées pendant la nuit. En France, les perquisitions sont réglementées par le code de procédure pénale. En principe, celles-ci doivent être prises sous l'autorité d'un juge et se dérouler au domicile de la personne recherchée entre 6h et 21h. Mais, depuis vendredi soir, la France est en état d'urgence a décrété François Hollande. L'État peut ainsi agir de façon plus rapide.

Deux personnes ont été interpellées ce mercredi matin après l'opération antiterroriste menée par le Raid dans le nord de Paris. Elle avait pour cible l'organisateur présumé des attentats les plus meurtriers de l'histoire de France, le jihadiste belge Abdelhamid Abaaoud. L'opération a débuté très tôt ce matin. "L'état d'urgence permet des dérogations au droit commun dans toute une série de situations, dans les perquisitions nocturnes, l'exemple de ce qui se passe à Saint-Denis", a expliqué mercredi matin François Baroin ancien ministre de l'Intérieur, invité d'Olivier Mazerolle sur RTL.

Une identification plus rapide des personnes à risques

Avec l'état d'urgence, la police peut donc agir le plus rapidement possible. Un moyen pour les policiers d'identifier des "personnes à risques, des délinquants potentiels, des individus radicalisés, sur la base d’informations de la police judiciaire et des services de renseignement", comme l'expliquait un commandant de police au quotidien 20 Minutes. Lundi, Manuel Valls a promis des moyens "comme cela n'a jamais été fait" pour les services de police, de gendarmerie et  de renseignement, et confirmé que les engagements budgétaires de la France seraient "forcément dépassés".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/