1 min de lecture Bachar al-Assad

Armes chimiques en Syrie : les inspecteurs pourront visiter des sites suspects

Selon le texte du projet de décision de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), les inspections en Syrie sur l'arsenal chimique doivent commencer "au plus tard" mardi.

Les inspecteurs de l'ONU, le 29 août 2013, près de Damas (photo d'illustration)
Les inspecteurs de l'ONU, le 29 août 2013, près de Damas (photo d'illustration) Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Les inspecteurs devront avoir accès à tous les sites suspects qui ne seraient pas inscrits dans la liste officielle fournie par la Syrie le 19 septembre, assure le texte de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), dont l'AFP a obtenu copie. "Le Conseil exécutif décide que le secrétariat doit débuter les inspections en Syrie aussi vite que possible, en tous les cas, pas plus tard que le 1er octobre", peut-on lire dans ce texte.

Tous les sites indiqués dans la liste officielle de son arsenal chimique remise par la Syrie à l'OIAC doivent avoir été inspectés "au plus tard 30 jours après l'adoption de cette décision", qui devrait survenir vendredi soir, le Conseil exécutif se réunissant à La Haye à 22h (20h00 GMT).

Destruction complète de l'arsenal à la mi-2014

Le projet de décision assure néanmoins que le directeur général de l'OIAC, Ahmet Uzumcu, peut décider que des réclamations de ce type sont "injustifiées" et que des conflits liés à ces réclamations peuvent être résolues à travers "des consultations et la coopération". Si la Syrie ne respecte pas le plan, qui prévoit la destruction complète de l'arsenal chimique pour la mi-2014, l'OIAC pourra "porter le problème directement à l'attention de l'Assemblée générale et du Conseil de sécurité des Nations unies".

L'OIAC doit donner son feu vert au plan de démantèlement mis au point le 14 septembre à Genève par les Russes et les Américains, avant qu'un vote ne soit effectué à l'ONU sur un projet de résolution conclu dans la nuit de jeudi à vendredi entre la Russie et les États-Unis.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bachar al-Assad Ban Ki-Moon ONU
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants