1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Syrie : après la chute de Raqqa, "le règlement de compte avec les Kurdes"
1 min de lecture

Syrie : après la chute de Raqqa, "le règlement de compte avec les Kurdes"

INVITÉS RTL - Antoine Basbous, directeur de l'Observatoire des pays arabes, et François Heisbourg, conseiller spécial de la Fondation pour la recherche stratégique, parlent du probable futur des kurdes, après la chute de Raqqa.

Les Kurdes syriens brandissant le drapeau kurde dans le nord-est de la Syrie, le 27 septembre 2017 lors d'un rassemblement en faveur du référendum d'indépendance dans la région kurde du nord de l'Irak.
Les Kurdes syriens brandissant le drapeau kurde dans le nord-est de la Syrie, le 27 septembre 2017 lors d'un rassemblement en faveur du référendum d'indépendance dans la région kurde du nord de l'Irak.
Crédit : DELIL SOULEIMAN / AFP
La chute de Raqqa marque-t-elle la fin de Daesh ?
06:23
Après la chute de Raqqa, "les kurdes vont être les dindons d'une histoire sinistre"
06:21
Yves Calvi & Sarah Belien

"La deuxième étape du film, si je puis dire, ça va être le règlement de compte entre les Kurdes, le fer de lance de la reconquête des territoires de Daesh en Syrie, et Bachar al-Assad," affirme François Heisbourg, conseiller spécial de la Fondation pour la recherche stratégique. 

Le spécialiste et Antoine Basbous, directeur de l'Observatoire des pays arabes, étaient les invités de RTL le 18 octobre pour évoquer les scénarios probables qui suivront la chute de RaqqaLa ville a été libérée par les forces anti-EI mardi 17 octobre, soulevant plusieurs questions quant à la suite des événements. Après avoir été unanimes sur le fait que la perte de leur fief ne signait pas la fin de l'organisation terroriste, la question des Kurdes est arrivée en second plan.

Les Kurdes vont être les dindons d'une histoire sinistre au Moyen-Orient

Antoine Basbous rapporte que les Kurdes "ont fait le boulot, nettoyer le nord de la Syrie de Daesh, mais demain ils peuvent être laissés." Le spécialiste évoque une allocution de l'ancien ambassadeur américain en Syrie, Robert Ford, "il disait aux Kurdes, attention ne comptez pas sur nous. Les Américains peuvent vous lâcher," explique-t-il. "Il critiquait autant Obama que Trump et prévenait les kurdes que demain ils pourraient être lâchés comme les Kurdes d'Irak qui ont été lâchés au profit de Bagdad et de Téhéran," a-t-il poursuivi. 

François Heisbourg complète le propos en déclarant "et lâchés par les Européens puisque l'Allemagne, qui armait les peshmergas kurdes en Irakvient de suspendre ses livraisons d'armes et son assistance militaire." Le spécialiste conclut que "les Kurdes, comme d'habitude, vont être les dindons d'une histoire sinistre au Moyen-Orient."

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/