1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Syrie : "Il faut que le processus déclenché mène au départ de Bachar al-Assad", déclare Antony Blinken
2 min de lecture

Syrie : "Il faut que le processus déclenché mène au départ de Bachar al-Assad", déclare Antony Blinken

REPLAY / INVITÉ RTL - Le secrétaire d'État adjoint aux Affaires étrangères de Barack Obama craint que la Syrie devienne un "autre Afghanistan".

Antony Blinken, secrétaire d'État adjoint aux Affaires étrangères de Barack Obama
Antony Blinken, secrétaire d'État adjoint aux Affaires étrangères de Barack Obama
Crédit : CHRIS KLEPONIS / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau

À la veille du sommet mondial sur la Syrie, le secrétaire d'État adjoint aux Affaires étrangères de Barack Obama est l'invité de RTL. La politique menée par Bachar al-Assad continue de diviser grandement les puissances internationales, notamment les États-Unis et la Russie, alors que la France souhaite mettre en place un calendrier précis du départ du président syrien. "Il faut que le processus qui soit déclenché mène au départ de Bachar al-Assad. On ne peut pas imaginer une Syrie qui soit stable et qui n'attire plus les terroristes de Daesh avec Assad au pouvoir", commente Antony Blinken.

En première ligne de ces discussions internationales ? Le positionnement de la Russie. Mais le secrétaire d'État adjoint américain reste confiant. "Il faut dessiner un processus qui se termine par le départ d'Assad et on est déjà d'accord sur beaucoup de principes, y compris avec la Russie", explique-t-il au micro de RTL. Avant de lister les accords entre les grandes puissances : "L'idée que la Syrie doit rester unifiée, que les troupes soient représentées au gouvernement et que les institutions de l'État restent intactes". Des premiers points importants avant de définir "avec plus de détails le processus de transition".

La Russie et l'Iran, des rôles primordiaux

Mais les discussions promettent malgré tout d'être longues et difficiles alors que la Russie est souvent pointée du doigt dans cette région de guerre alors que Vladimir Poutine soutient avec véhémence le régime de Bachar al-Assad. "La Russie commence à comprendre qu'il n'y a pas de solutions militaires en Syrie et que ce qu'elle essaye de faire, avec les interventions militaires, ne fonctionne pas sur le terrain (…) Le pays se rend compte que c'est impossible de s'engouffrer en Syrie et en même temps aliéner la quasi-totalité du monde sunnite", déclare-t-il.

La situation de la Russie en Syrie n'est pas une bonne situation, on voit la possibilité d'un autre Afghanistan

Antony Blinken

Mais la place de la Russie, et de l'Iran, est indéniable dans ce conflit syrien alors que l'intervention russe semble avoir accéléré le travail diplomatique. "Dans un sens positif, la Russie se rend compte que cette intervention militaire ne peut pas aboutir à une victoire du régime. C'est pour eux, une raison de participer de façon plus positive à cette transition politique", lance-t-il craignant même un nouvel "Afghanistan". "La situation de la Russie en Syrie n'est pas une bonne situation, on voit la possibilité d'un autre Afghanistan, on voit un conflit qui s'annonce avec le monde sunnite", critique Antony Blinken alors que Barack Obama et John Kerry, s'interrogent sur "le rôle positif ou négatif que va jouer l'Iran en Syrie".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/