1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Anders Breivik crie à la torture parce qu'on ne veut pas remplacer sa Playstation 2
2 min de lecture

Anders Breivik crie à la torture parce qu'on ne veut pas remplacer sa Playstation 2

Le tueur norvégien d'extrême droite réclame une amélioration de ses conditions de détention et menace d'entamer une grève de la faim.

Anders Behring Breivik, lors de son procès, le 24 août 2012. (archives)
Anders Behring Breivik, lors de son procès, le 24 août 2012. (archives)
Crédit : HEIKO JUNGE / POOL / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

 menace d'entamer une grève de la faim pour obtenir une amélioration de ses conditions de détention qu'il assimile à de la "torture" faute notamment d'obtenir la console de jeux voulue, ressort-il d'un courrier reçu par l'AFP vendredi 14 février.


En plus d'une lettre dactylographiée datée du 29 janvier et expédiée semble-t-il à plusieurs rédactions, le courrier contient quatre pages recto verso envoyées aux  en novembre dans lesquelles l'extrémiste qui avait tué 77 personnes le 22 juillet 2011 pose 13 exigences.

Une console de jeux plus moderne

Susceptibles selon lui de rendre son séjour en prison conforme avec la réglementation européenne, ces demandes portent sur des droits fondamentaux, comme la possibilité de promenade ou de communiquer, et d'autres besoins plus anecdotiques. Il réclame notamment que la Playstation 2 mise à sa disposition soit remplacée par la version 3, plus moderne, "avec accès à des jeux pour adultes que je peux moi-même choisir".

Maintenu à l'isolement depuis 2011 pour des questions de sécurité, Breivik estime avoir droit à une "offre d'activités" améliorée par rapport aux autres détenus pour compenser son très strict régime carcéral. Il demande aussi le doublement des indemnités hebdomadaires de 300 couronnes (36 euros) qu'il reçoit comme tout autre détenu, notamment pour payer les frais de port de ses correspondances.

77 morts

À lire aussi

Autres exigences : la fin des fouilles corporelles poussées quasi quotidienne dans l'une des deux prisons où il purge sa peine de 21 ans (avec possibilité de prolongation), l'accès à un PC plutôt qu'à une "machine à écrire sans valeur d'une technologie remontant à 1873", de meilleures possibilités de promenades ou encore davantage de contacts avec le monde extérieur. Dans le pli daté de janvier, il affirme que, faute d'amélioration véritable de ses conditions de détention, une grève de la faim semble "une des seules et rares alternatives".

"La grève de la faim ne s'achèvera pas avant que le ministre de la Justice (Anders) Anundsen et la directrice du KDI (Direction norvégienne des affaires pénitentiaires, NDLR) Marianne Vollan cessent de me traiter plus mal qu'un animal", ajoute-t-il, en précisant qu'il informerait "bientôt" de la date du début de son action.

Le 22 juillet 2011, à Oslo puis 69 autres, des adolescents pour la plupart, en ouvrant le feu sur un rassemblement de la Jeunesse travailliste sur l'île d'Utoeya.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/