1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Alain Duhamel : "Vladimir Poutine n'est pas infaillible"
2 min de lecture

Alain Duhamel : "Vladimir Poutine n'est pas infaillible"

REPLAY - La thèse de l'attentat semblant se confirmer dans le crash de l'Airbus de la Metrojet affaiblit la position du président russe, qui avait annoncé le grand retour de son pays en Syrie.

Alain Duhamel
Alain Duhamel
Crédit : Damien Rigondeaud
Alain Duhamel : "Vladimir Poutine n'est pas infaillible"
03:57
Alain Duhamel & Christophe Chafcouloff

6 jours après le crash de l'Airbus de la Metrojet dans le Sinaï, Vladimir Poutine a ordonné la suspension des vols des compagnies aériennes russes vers l'Égypte. C'est un recul, "c'est même un revers" estime Alain Duhamel. Le président russe avait annoncé le retour de la Russie sur la scène syrienne avec une "grande offensive", bien plus laborieuse qu'attendue.

Si Poutine avait annoncé que l'attaque sur le front syrien se ferait "sans danger pour les Russes", la réalité est toute autre. "On apprend que l'avion était touché par une bombe. (...) Concrètement, cela veut dire qu'il y a 224 civils russes en vacances morts à la suite de l'engagement de la Russie" constate t-il, ajoutant que l'offensive aérienne de l'armée russe n'a rien changé. "C'est le contraire qui se passe" note même l'éditorialiste.

On est déjà en train de réfléchir à l'après-Assad

Alain Duhamel

Ainsi, contrairement à ce que certains pouvaient imaginer, "Vladimir Poutine n'est pas infaillible". Bachar Al-Assad a cru que militairement, les attaques russes allaient changer l'équilibre des forces, mais il n'en est rien. Résultat : Assad perd du terrain et a du mal à recruter des effectifs. Deuxième danger : la conférence de Vienne n'a abouti à aucun accord, si ce n'est sur le fait qu'il fallait préparer un régime de transition. "On est déjà en train de réfléchir à l'après-Assad" explique t-il.

La thèse de Français Hollande suggérant deux adversaires (Daesh et le régime de Bachar Al-Assad) se trouve confortée. On "se rapproche de la thèse française" de départ, constate t-il, estimant que "c'est François Hollande, au départ, qui avait raison". Alain Duhamel s'interroge sur le paradoxe porté par le chef de l'État : "Pourquoi fait-il preuve de professionnalisme et de fermeté sur la scène internationale, et pourquoi cela ne se retrouve t-il pas sur la scène française?' se questionne t-il.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/