2 min de lecture Attentats du 11 septembre 2001

11-Septembre : Obama appelle à ne jamais "céder à la peur"

Treize ans après les attentats du 11-Septembre, le président américain a appelé ce jeudi ses compatriotes à ne jamais "céder à la peur".

Le président américain, Barack Obama et sa femme Michelle lors de la minute de silence en hommage aux victimes du 11-Septembre.
Le président américain, Barack Obama et sa femme Michelle lors de la minute de silence en hommage aux victimes du 11-Septembre. Crédit : AFP / JIM WATSON
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le discours de Barack Obama était très attendu au lendemain de l'annonce d'une vaste opération militaire contre l'Etat islamique (EI) entre Irak et Syrie. "Ils ont tenté de détruire ce que nous sommes et de prouver au monde que leur pouvoir de destruction était plus grand que notre capacité à persévérer et à construire", a déclaré le président américain, évoquant les quelque 3.000 victimes de ces attentats. "Mais nous allons de l'avant car nous ne cédons jamais à la peur. Jamais".

Barack Obama et son épouse Michelle ont marqué une minute de silence sur la pelouse de la Maison Blanche à 08h46 (12h46 GMT), l'heure à laquelle le premier avion de ligne détourné a percuté l'une des deux tours du World Trade Center (WTC). Le président américain s'est ensuite rendu au Pentagone, où l'un des quatre avions détournés par les terroristes au matin du 11 septembre 2001 s'était écrasé.

Une bataille "incertaine"

Treize ans après les attentats du 11-septembre revendiqués par Al-Qaïda, le contexte est certes très différent, et le président Barack Obama assure "qu'aucun complot spécifique sur le sol américain" émanant de l'EI n'a été identifié à ce jour. Mais son discours solennel de mercredi démontre que la page de l'engagement militaire américain au Moyen-Orient est loin d'être tournée.

Et si le pays s'apprête à mener un autre type de combat, sans troupes de combats au sol et avec l'appui d'une vaste coalition internationale, il est désormais probable qu'en quittant la Maison Blanche en janvier 2017, Barack Obama laisse à son successeur un chapitre non achevé, comme George W. Bush l'avait fait avec les guerres en Irak et Afghanistan.

"Cette 'guerre' ou 'bataille' est extrêmement complexe, incertaine, sujette à des retournements, et demandera de la patience durant toute la durée de cette administration et au-delà", résume Anthony Cordesman, du Center for Strategic and International Studies (CSIS), qui avertit que "les intérêts partisans et la frustration du public" pourraient menacer cette stratégie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats du 11 septembre 2001 Barack Obama États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants