1 min de lecture International

11 septembre : les frères Naudet n'ont rien oublié

Dix ans après avoir filmé l'horreur du 11-Septembre, les Français Jules et Gédéon Naudet n'en ont rien oublié : ni les désespérés qui sautent des tours et s'écrasent au sol, ni la formidable solidarité qui avait alors transcendé New York. Pour le dixième anniversaire, les deux frères ont actualisé leur documentaire "New York 11 septembre" (9/11), partiellement tourné à l'intérieur de la tour nord avant qu'elle ne s'effondre. Jules Naudet avait également filmé ce jour là le premier avion percutant la tour nord, l'un des deux seuls enregistrements vidéos existants au monde. Gédéon avait filmé le deuxième avion s'écrasant sur la tour sud.Jules Naudet était l'invité de RTL samedi 10 septembre, à la veille du dixième anniversaire de la catastrophe.

Pour le 10ème anniversaire, les deux frères ont actualisé leur docu "New York 11 septembre" (9/11), tourné à l'intérieur de la tour nord avant qu'elle ne s'effondre. Ils avaient également filmé ce jour là le premier avion percutant le WTC
Pour le 10ème anniversaire, les deux frères ont actualisé leur docu "New York 11 septembre" (9/11), tourné à l'intérieur de la tour nord avant qu'elle ne s'effondre. Ils avaient également filmé ce jour là le premier avion percutant le WTC Crédit : Capture écran Youtube

Un extrait du reportage des frères Naudet, l'une des rares vidéos où l'on voit le premier avion percuter le WTC



"La poussière toxique commencer à tuer"


Ils ont retrouvé certains des témoins et pompiers interrogés à l'époque. Certains restent psychologiquement détruits. D'autres sont morts, et c'est d'abord pour eux que les frères Naudet ont revisité leur documentaire.

Les sauveteurs ont tous "respiré cette poussière toxique", explique Gédéon Naudet. "Malheureusement, elle commence à tuer". "Cela fait trois ans que les pompiers commencent à tomber malades", et "ils sont tous extrêmement inquiets pour leur santé", poursuit-il, précisant que deux pompiers de la caserne qu'ils filmaient à l'époque "sont déjà morts de ces cancers monstrueux".

Les pompiers, ils les connaissent bien: le 11-Septembre, Gédéon, alors 31 ans, et Jules, 28 ans, filmaient en effet depuis trois mois le quotidien d'une caserne de pompiers près du Word Trade Center. Un rêve de gosse. Mais depuis trois mois, il ne se passait rien.

"C'était le chaos total"

Ce matin là, les pompiers sont appelés pour une fuite de gaz. Jules ne filme que depuis quinze jours et part avec eux "pour s'entraîner". Et soudain, raconte-t-il "on entend un bruit d'avion très fort et très proche. Je lève la tête et je vois un avion passer entre deux immeubles. Réflexe, instinct, je tourne la caméra pour voir ou l'avion va réapparaître. Il réapparaît derrière l'immeuble et s'encastre immédiatement dans la tour nord".

Avec les pompiers, Jules fonce vers la tour. Il y rentre. Près des portes tournantes, il voit une femme qui hurle, "en train de brûler vive". De l'intérieur de la tour où arrivent en masse les pompiers, il entend le bruit du deuxième avion s'écrasant dans la tour sud. Et là, dit-il "commence ce bruit absolument horrible, celui des gens qui commencent à sauter". Et quand ils arrivent au sol, "c'est comme une bombe qui explose". Ce bruit, il n'a jamais pu l'oublier.

Il continue à filmer à l'intérieur de la tour. "Une façon de me protéger", dit-il. Ils entendent, sans savoir ce que c'est, la tour sud qui s'effondre. Des débris tombent de partout. La poussière envahit tout. Fuite effrénée pour rejoindre un autre bâtiment relié à la tour par une passerelle. "C'était le chaos total", se souvient-il. "Mais on ne savait pas que la tour sud s'était effondrée".

Jules, qui n'a jamais lâché d'une semelle le chef de son unité Joseph Pfeifer, filme toujours. Et entend une fois encore un énorme bruit. "C'était la tour (nord) qui s'écroulait sur moi". "Je me suis dis, essaie de courir plus vite qu'une tour de 110 étages".

Indemne mais choqué, dans le calme surréaliste qui a envahi le sud de Manhattan noyé dans la poussière et la fumée, il mettra deux heures pour retrouver son frère. Les deux se croyaient morts.

"Le 11-Septembre, j'ai vu le meilleur de l'humanité"

Gédéon se souvient encore des pompiers "extraordinaires", qui rentraient dans les tours "sans se poser de questions pour aller sauver les gens". Des centaines n'en reviendront pas.

Jules garde aussi en mémoire le formidable élan de solidarité qui avait alors transcendé New York. "Les gens venaient donner leur sang, aidaient à creuser, allaient cuisiner dans les casernes", dit-il.

"Le 11-Septembre, j'ai vu le meilleur de l'humanité (...) dans un tel moment d'horreur, j'ai vu des gens extraordinaires faire des choses extraordinaires", ajoute Gédéon.

Six mois après la tragédie, Jules a choisi de se marier à la caserne. Il est aujourd'hui père de deux enfants.

La nouvelle version de leur documentaire sera diffusé le 10 septembre sur TF1 et le 11 sur CBS.

Cliff Chanin, qui s'occupe du Mémorial des victimes du 11 septembre à New York et Jules Naudet (à droite) dans les studios de RTL à NY :

Cliff Chanin et Jules Naudet dans les studios de RTL Soir à New York

Lire la suite
International Attentats du 11 septembre 2001 États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants